Téléchargez
notre application
Ouvrir

Echec du lancement d'un satellite par l'Iran

reuters.com  |   |  355  mots

GENEVE (Reuters) - L'Iran a tenté de placer un satellite en orbite, en dépit des mises en garde de Washington, mais cette tentative a échoué, a annoncé mardi le ministre iranien des Télécommunications Mohammad Javad Azari-Jahromi.

Le président Hassan Rohani avait confirmé le 10 janvier dernier que l'Iran comptait procéder à trois tirs de fusée pour placer des satellites en orbite, ignorant les avertissements des Etats-Unis ou encore de la France.

Les Etats-Unis estiment que ces lancements constituent une violation de la résolution du Conseil de sécurité des Nations unies qui a entériné l'accord sur le nucléaire iranien de 2015, une interprétation que rejette Téhéran.

Selon le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo, les "véhicules de lancement spatiaux" fabriqués par l'Iran intègrent une technologie "pratiquement identique" à celle des missiles balistiques intercontinentaux.

Pour Pompeo, ces tirs de fusée tombent donc sous le coup de la résolution 2231 http://www.un.org/fr/sc/2231 du Conseil de sécurité, qui a entériné l'accord de 2015 sur le nucléaire iranien et demande à Téhéran de ne pas entreprendre d'activités liées aux missiles balistiques, sans pour autant les interdire explicitement.

Selon le ministre Azari-Jahromi, le satellite, nommé Payam, n'a pas pu être placé en orbite car sa fusée "n'a pas atteint la vitesse adéquate" lors de la troisième phase de lancement.

Payam, un satellite de communications et d'imagerie doté de quatre caméras, devait être placé à une altitude de 500 km pour une durée approximative de trois années.

Un autre satellite, Doosti, doit être lancé prochainement, a ajouté le ministre iranien des Télécommunications sur son compte Twitter.

"Nous ne devons pas nous arrêter. C'est exactement dans ces circonstances que les Iraniens sont différents des autres peuples par leur esprit et leur bravoure", a-t-il écrit.

L'Iran a lancé son premier satellite "maison", Omid ("espoir"), en 2009, à l'occasion du 30e anniversaire de la Révolution islamique de 1979. Le 40e anniversaire aura lieu le mois prochain.

(Babak Dehghanpisheh; Jean-Stéphane Brosse pour le service français)