Téléchargez
notre application
Ouvrir

Sanaa visée par une série de raids aériens de la coalition saoudienne

reuters.com  |   |  342  mots
Sanaa visee par une serie de raids aeriens de la coalition saoudienne[reuters.com]
(Crédits : Khaled Abdullah)

ADEN (Reuters) - La coalition sous commandement saoudien a mené dans la nuit une série de raids aériens à Sanaa, la capitale yéménite aux mains des rebelles chiites Houthi, alors que les Nations Unies s'efforcent de consolider le cessez-le-feu à Hodeïda.

Selon la chaîne de télévision saoudienne Al Arabiya, plusieurs cibles militaires ont été visées, notamment la base aérienne d'Al Doulaïmi, un site d'où partent des drones et des camps d'entraînement militaire. Un porte-parole de la coalition a confirmé le bombardement de sept sites militaires où des drones ont été repérés.

Al Massira, la chaîne des rebelles pro-iraniens, parle de 24 frappes aériennes à Sanaa depuis samedi soir, dont quatre sur la base aérienne d'Al Doulaïmi. Des cibles civiles, notamment une usine de plastique, ont également été touchées, ajoute-t-elle.

Au moins deux civils ont été tués et plusieurs sont blessés, rapportent des membres du personnel médical et des témoins, qui parlent d'habitations détruites.

"Les raids ont été d'une violence sans précédent depuis un an", a déclaré Aroua Abdoul Karim, un habitant de Sanaa joint par Reuters.

Ces raids, menés après les tirs de drone qui ont fait plusieurs morts la semaine dernière lors d'un défilé des forces gouvernementales dans la province de Lahaj, sèment le doute sur le reprise des négociations prévue ce mois-ci.

La trêve conclue le mois dernier en Suède sous l'égide de l'Onu est globalement respectée à Hodeïda, le grand port aux mains des Houthis par lequel transite l'essentiel de l'aide humanitaire, mais la démilitarisation de la ville a pris du retard en raison des ambiguïtés de l'accord, censé ouvrir la voie à un règlement négocié du conflit.

Le Conseil de sécurité des Nations unies a donné son feu vert mercredi au déploiement de 75 observateurs pendant six mois à Hodeïda.

(Hesham Hajali, Jean-Philippe Lefief pour le service français)