Téléchargez
notre application
Ouvrir

Schiappa voit une convergence entre "Manif pour tous" et terroristes

reuters.com  |   |  312  mots
Schiappa voit une convergence entre manif pour tous et terroristes[reuters.com]
(Crédits : Gonzalo Fuentes)

PARIS (Reuters) - La secrétaire d'Etat à l'Egalité femmes-hommes, Marlène Schiappa, dresse un parallèle entre les idéologies de la "Manif pour tous" et des "terroristes islamistes", sans les mettre "sur le même plan", dans un entretien à paraître jeudi.

Selon la secrétaire d'Etat, interrogée par l'hebdomadaire Valeurs actuelles, le collectif à l'origine des manifestations contre l'ouverture du mariage aux couples de même sexe et les islamistes partagent, notamment, une même homophobie.

"Je ne mets pas sur le même plan la 'Manif pour tous' et les terroristes islamistes, mais je souligne l'existence d'une convergence idéologique", déclare-t-elle.

"Je peux vous dire que c'est très difficile d'être un jeune gay dans un lycée agricole", justifie-t-elle. "En France, il y a des vitrines de bars gays brisées, des vidéos partagées sur les réseaux sociaux où l'on voit des couples se faire casser la gueule parce qu'ils marchent main dans la main."

Marlène Schiappa évoque également une "alliance entre les gens d'extrême droite et les islamistes".

Dans un communiqué, la "Manif pour tous" demande à la secrétaire d'Etat des "excuses immédiates" à la suite ce qu'elle qualifie de "scandaleux amalgame" et de "provocation qui augure très mal du débat à venir sur les enjeux majeurs de la révision de la loi de bioéthique".

La future loi, programmée cette année, devrait notamment prévoir l'ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) à toutes les femmes, chiffon rouge pour le collectif anti-mariage homosexuel.

Le porte-parole des Républicains Geoffroy Didier a jugé sur Twitter la comparaison de Marlène Schiappa "indécente" tout en soulignant ses propres désaccords avec la "Manif pour tous". "Qu'elle nous épargne en ce moment de telles provocations aussi stupides", a-t-il ajouté.

(Simon Carraud, édité par Yves Clarisse)