Téléchargez
notre application
Ouvrir

Soudan : Les manifestants se mobilisent pour protéger leur sit-in

reuters.com  |   |  514  mots
Soudan: tentative de dispersion du sit-in, selon les manifestants[reuters.com]
(Crédits : Stringer .)

par Khalid Abdelaziz

KHARTOUM (Reuters) - Les manifestants soudanais se sont mobilisés lundi pour empêcher les forces de sécurité de disperser le sit-in organisé depuis le 6 avril devant le ministère de la Défense à Khartoum pour réclamer le transfert du pouvoir à un gouvernement civil.

Des militaires se sont rassemblés dans la matinée autour du campement et des tracteurs se sont positionnés pour retirer les barrières en métal et les pierres installées par les manifestants mais ces derniers ont bloqué le passage en se tenant la main pour former des cordons, a constaté un journaliste de Reuters.

Les protestataires étaient au nombre d'environ 5.000 durant la nuit mais d'autres sont venus grossir leurs rangs. Ils scandaient "Liberté, liberté" et "Révolution, révolution" en appelant l'armée à les protéger.

L'Association des professionels soudanais (SPA), le mouvement à l'origine de la vague de contestation lancée en décembre dernier, a diffusé un message urgent à la population pour qu'elle rejoigne le sit-in.

"Nous espérons que tout le monde se dirigera immédiatement vers les zones du sit-fin afin de protéger votre révolution et vos acquis", a dit la SPA.

NOUVEAU CHEF D'ÉTAT-MAJOR

Les manifestations, qui ont commencé pour protester contre une forte hausse du prix du pain avant de s'élargir à une contestation du régime dans son ensemble, ont déjà provoqué jeudi la chute du président Omar Hassan al Béchir, après trente années de pouvoir, et son remplacement par un conseil militaire de transition dirigé par Abdel Fattah al Bourhan Abdelrahman.

Ce dernier a promis que la période de transition n'excéderait pas deux années mais la SPA réclame le transfert immédiat du pouvoir aux civils ainsi que des sanctions contre les anciens hauts responsables.

Après avoir nommé la veille un nouveau chef à la tête des services de renseignement (NISS), le conseil militaire de transition a annoncé lundi la réorganisation de l'état-major des forces armées, dont le chef et son adjoint ont été remplacés.

L'ambassadeur du Royaume-Uni à Khartoum, Irfan Siddiq, a dit avoir rencontré le numéro deux du conseil militaire de transition, Mohamed Hamdan Dagalo, à qui il a "demandé des éclaircissements sur ce qu'il est advenu du président Béchir et des autres hauts responsables de l'ancien régime."

Selon des sources soudanaises interrogées par Reuters, Omar al Béchir, officiellement en état d'arrestation, est "sous bonne garde" dans la résidence présidentielle.

Sur Twitter, Irfan Siddiq a précisé avoir également demandé à son interlocuteur la réforme du NISS (Service national de renseignement et de sécurité).

Dagalo, également connu sous le nom de Hemedti, dirige la Force de soutien rapide (RSF) des forces armées, que des ONG accusent d'avoir commis de nombreuses violations des droits de l'homme au Darfour, vaste région de l'ouest du Soudan en proie à un conflit depuis le début des années 2000.

(Tangi Salaün et Jean-Stéphane Brosse pour le service français)