Téléchargez
notre application
Ouvrir

EUROPÉENNES : Le RN veut garder l’UE mais pas ses institutions

reuters.com  |   |  536  mots
Europeennes: le rn veut garder l’ue mais pas ses institutions[reuters.com]
(Crédits : Stephane Mahe)

STRASBOURG (Reuters) - Le Rassemblement national a présenté lundi à Strasbourg son manifeste pour "l'Alliance européenne des nations", un document de campagne pour les élections européennes qui propose de rétablir les frontières intérieures et de supprimer la Commission européenne.

La Cour de justice européenne, garante du respect des traités, disparaîtrait, ainsi que la Cour européenne des droits de l'homme bien que celle-ci dépende non de l'Union européenne à vingt-huit mais du Conseil de l'Europe à quarante-sept Etats.

Le parti d'extrême droite, qui a renoncé à proposer une sortie de l'euro après son échec à l'élection présidentielle de 2017, dresse néanmoins au sujet de la monnaie unique un constat d'échec.

"Le bilan de l'euro est sans ambiguïté", a déclaré la présidente du RN, Marine Le Pen, lors d'une conférence de presse organisée dans un hôtel proche du Parlement européen.

"Non seulement les pays qui n'ont pas adopté l'euro ont une croissance supérieure à ceux qui sont entrés dans l'euro, mais des contraintes monétaires étrangères aux traditions nationales ne cessent d'agrandir l'écart entre les économies du nord et les économies du sud, allant même jusqu'à menacer l'existence de l'euro", a-t-elle ajouté.

Ce retour à la "souveraineté des Etats" pour "en finir avec le fédéralisme" suppose une réforme des traités qui demande l'unanimité des gouvernements.

Cette perspective n'inquiète pas le RN qui voit des partis proches, selon lui, de ses idées, s'imposer dans un nombre croissant de pays comme l'Italie, l'Autriche, la Hongrie ou la Pologne, dont il espère voir se fédérer les majorités politiques au sein d'un grand groupe souverainiste.

Le rejet d'une libre concurrence qui "organise au sein de ce marché commun une concurrence déloyale, notamment avec les pays de l'Est", selon les mots de Nicolas Bay, député européen sortant et vice-président du Front national, pourrait toutefois compliquer ce projet.

"Il y a moins de risque de conflit quand chacun respecte la souveraineté de l'autre", a relativité Marine Le Pen, en réponse à une question.

Des institutions européennes, le RN garderait le Parlement et le Conseil européen, qui réunit les gouvernements, tout en souhaitant que celui-ci revienne à la règle de l'unanimité, qui fut longtemps une source de blocage et n'est plus maintenue que dans les domaines de la fiscalité, de la politique étrangère et de la sécurité commune.

C'est à Jordan Bardella, tête de liste du Rassemblement national, qu'il est revenu de verdir le programme du Rassemblement national en reliant le sujet à la défense de la civilisation européenne.

"Le grand défi qui lie et relie tout cela, le grand défi du vivant, faire de l'Europe la première grande civilisation écologique en renouant avec l'idée centrale de limites. Cette idée de limites trouve une application concrète, la frontière", a-t-il assuré, reprenant une idée développée par Hervé Juvin, intellectuel proche du RN et "grand artisan de ce manifeste" auquel le jeune homme de 23 ans a rendu hommage.

(Gilbert Reilhac, édité par Elizabeth Pineau)