Téléchargez
notre application
Ouvrir

Yémen : La coalition saoudienne bombarde Sanaa, des victimes

reuters.com  |   |  329  mots
Yemen: la coalition saoudienne bombarde sanaa, des victimes[reuters.com]
(Crédits : Mohamed Al-Sayaghi)

SANAA (Reuters) - La coalition formée par l'Arabie saoudite pour combattre les rebelles chiites houthis au Yémen a mené une série de raids aériens jeudi à Sanaa.

Neuf sites militaires ont été visés dans et autour de la capitale yéménite, ont précisé des habitants. Al Massirah, la chaîne de télévision des Houthis, fait état de six frappes aériennes.

Selon la chaîne saoudienne Al Arabiya, la coalition cherchait à "neutraliser les capacités d'agression" de la milice chiite pro-iranienne qui a revendiqué une attaque d'installations pétrolières saoudiennes à l'aide de drones mardi dernier.

"Les objectifs ont été atteints avec une parfaite précision", a précisé la coalition.

Un habitant de Sanaa a rapporté que plusieurs maisons avaient été touchées et qu'un corps avait été retiré des décombres.

Selon la chaîne Al Massirah, qui cite le ministère houthi de la Santé, les frappes ont fait six morts, dont quatre enfants, dans la population civile, ainsi que 52 blessés, parmi lesquels deux femmes russes travaillant dans le secteur médical.

La ville de Sanaa est contrôlée par les Houthis depuis la fin 2014, quand les rebelles en ont chassé le gouvernement du président Abd-Rabbo Mansour Hadi.

Le vice-ministre saoudien de la Défense Khalid bin Salman a accusé jeudi l'Iran d'avoir commandité les attaques de drones de mardi contre deux puits de pétrole du royaume.

Le ministre d'Etat saoudien chargé des Affaires étrangères, Adel al Joubeir, a affirmé quant à lui que la milice houthie était "partie intégrante" des Gardiens de la Révolution iranienne.

Des affrontements ont par ailleurs éclaté mercredi à Hodeïda, le plus grand port yéménite sur la mer Rouge, au lendemain du retrait dans le cadre d'un accord de cessez-le-feu des combattants houthis qui tenaient la ville.

(Abdulrahman Al-Ansi avec Mohammed Ghobari et Asma Alsharif; Jean-Philippe Lefief et Guy Kerivel pour le service français)