Téléchargez
notre application
Ouvrir

Les discussions en Norvège doivent établir "un agenda pacifique", dit Maduro

reuters.com  |   |  332  mots
Les discussions en norvege doivent etablir un agenda pacifique, dit maduro[reuters.com]
(Crédits : Handout .)

CARACAS (Reuters) - Les discussions qui ont débuté cette semaine en Norvège entre des membres du gouvernement vénézuélien et de l'opposition ont pour objectif d'"établir un agenda pacifique" pour mettre fin à la crise politique dans le pays, a déclaré le président Nicolas Maduro.

Les pourparlers sont dans leur "phase exploratoire", a souligné quant à lui le ministère norvégien des Affaires étrangères, qui a une tradition de médiation des conflits.

Des représentants du gouvernement vénézuélien et de l'opposition sont arrivés cette semaine en Norvège afin d'évoquer avec des représentants scandinaves une possible médiation, deux semaines après la tentative de soulèvement manquée contre le président en exercice Nicolas Maduro.

Chef de file de l'opposition et président de l'Assemblée nationale, Juan Guaido s'est autoproclamé en janvier dernier chef d'Etat par intérim, défiant l'autorité de Nicolas Maduro dont il conteste la légitimité de la réélection en 2018. Il est désormais reconnu dans cette fonction par Washington et une cinquantaine d'autres pays. Il a appelé le 30 avril dernier l'armée vénézuélienne à se rebeller contre Maduro, mais sa tentative a échoué.

S'adressant aux membres des forces armées, Maduro a déclaré vendredi que ses représentants s'étaient rendus en Norvège "pour mener la délégation vénézuélienne au début d'une recherche de conversation et de dialogue avec l'opposition vénézuélienne afin d'établir un agenda pacifique pour le pays".

Juan Guaido a dénoncé jeudi une "fausse négociation qui ne mènera pas à la fin de l'usurpation, à un gouvernement de transition et à des élections".

Ce dernier a indiqué qu'il rencontrerait des diplomates européens et d'Amérique latine qui sont arrivés cette semaine à Caracas dans le cadre du "Groupe de contact international sur le Venezuela".

(Luc Cohen; Arthur Connan pour le service français)