Téléchargez
notre application
Ouvrir

L'Arabie saoudite veut éviter une guerre dans la région

reuters.com  |   |  371  mots
L'arabie saoudite veut eviter une guerre dans la region[reuters.com]
(Crédits : Hamad I Mohammed)

RYAD (Reuters) - L'Arabie saoudite veut éviter une guerre dans la région mais se tient prête à réagir avec "force et détermination" après les attaques menées contre ses infrastructures pétrolières, a déclaré dimanche un haut responsable, ajoutant que la balle était désormais dans le camp de l'Iran.

Ryad accuse l'Iran d'être à l'origine des attaques de drones chargés d'explosifs menées mardi contre deux puits de pétrole saoudiens, revendiquées par la milice chiite houthie au Yémen.

Téhéran dément être à l'origine de ces attaques, qui font suite à des opérations de "sabotage" qui ont visé dimanche quatre navires au large des Emirats arabes unis, dont deux pétroliers saoudiens, dans un contexte de tensions régionales accrues.

"Le royaume d'Arabie saoudite ne veut pas et ne cherche pas la guerre dans la région", a déclaré le ministre des Affaires étrangères, Adel al Joubeir.

"Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour empêcher cette guerre et nous réaffirmons en même temps que s'ils choisissent la guerre, le Royaume réagira avec toute la force et la détermination nécessaires et se défendra ainsi que ses intérêts".

Le roi Salman d'Arabie saoudite a invité dimanche les dirigeants des Etats du Golfe à un sommet d'urgence pour discuter des conséquences de ces attaques. La rencontre est prévue le 30 mai à Djeddah.

Un responsable militaire des Houthis a expliqué que cette "opération militaire était une réponse à l'agression persistante et au blocus" imposé par la coalition sous commandement au Yémen.

L'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis ont pris la tête d'une coalition militaire sunnite qui intervient au Yémen depuis 2015 pour tenter de ramener au pouvoir le gouvernement reconnu par la communauté internationale, renversé par les Houthis l'année précédente et contraint de quitter la capitale Sanaa.

La guerre au Yémen est considérée comme une guerre par procuration entre les deux puissances de la région, l'Arabie saoudite sunnite et l'Iran chiite.

(Marwa Rashad et Stephen Kalin, avec Ali Abdelaty au Caire; Arthur Connan pour le service français)