Téléchargez
notre application
Ouvrir

USA : Nancy Pelosi accuse Trump de "dissimulation"

reuters.com  |   |  572  mots
Usa: nancy pelosi accuse trump de dissimulation[reuters.com]
(Crédits : Kevin Lamarque)

WASHINGTON (Reuters) - La présidente démocrate de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, a accusé mercredi le président Donald Trump, qui bloque de multiples procédures engagées à son encontre par l'opposition, de se livrer à une "opération de dissimulation".

"Personne n'est au-dessus de la loi, pas même le président des Etats-Unis. Et nous sommes convaincus que le président des Etats-Unis se livre à une opération de dissimulation", a déclaré Pelosi, qui s'exprimait devant la presse.

Donald Trump a réagi peu après en annulant une réunion à la Maison blanche avec la présidente de la Chambre et le chef de la minorité démocrate au Sénat, Chuck Schumer, consacrée aux projets d'investissements dans les infrastructures.

"Je ne fais pas de dissimulation", a déclaré Donald Trump, ajoutant qu'il refusait de travailler avec les démocrates sur les projets de grands travaux en raison de leurs investigations "bidon".

"Je suis entré dans la pièce, et j'ai dit au sénateur Schuler et au speaker Pelosi, je veux faire des infrastructures, je veux cela plus que vous (...) mais vous savez quoi ? On ne peut pas le faire dans ces conditions", a dit Trump lors d'une conférence de presse organisée à la hâte.

Devant les journalistes, Nancy Pelosi a dit "prier pour Trump et les Etats-Unis". Schumer a déclaré que Trump avait dû "s'enfuir" quand on lui a posé la question du financement de ces grands travaux.

"UNE TENTATIVE DE DÉMOLITION"

Les démocrates, qui contrôlent la Chambre des représentants depuis janvier, sont engagés dans un bras de fer avec Donald Trump sur de nombreux dossiers, des soupçons d'entrave à la justice dans le cadre de l'enquête russe aux affaires privées et commerciales du promoteur immobilier new-yorkais.

Certains souhaitent lancer une procédure de destitution à l'encontre du chef de la Maison blanche, ce que Nancy Pelosi et d'autres hauts responsables de la Chambre jugent trop risqué, tant sur le plan juridique que politique.

Ces appels en faveur d'une procédure d'"impeachment" se sont multipliés mercredi au lendemain du refus d'un ancien conseil juridique de la Maison blanche, Don McGahn, de témoigner sur l'enquête russe devant la commission des Affaires judiciaires de la Chambre.

"Pour beaucoup d'entre nous, au moins l'ouverture d'une enquête pour impeachment nous donnerait davantage la possibilité de faire venir des témoins devant le Congrès. Nous essayons simplement d'imaginer des moyens d'obtenir la vérité", a expliqué le représentant démocrate Mark Pocan à la chaîne MSNBC.

D'après le rapport du procureur Robert Mueller sur l'ingérence présumée de la Russie dans l'élection de novembre 2016, Donald Trump a téléphoné plusieurs fois à McGahn en juin 2017 pour qu'il ordonne le limogeage de Mueller par le département de la Justice en invoquant des conflits d'intérêt.

Le président américain a ordonné à l'ancien avocat de refuser de comparaître devant la commission.

Devant la presse mercredi, il a répété ce qu'il dit depuis que Robert Mueller a rendu son rapport à la fin mars.

"Pas de collusion, pas d'obstruction, rien du tout", a martelé le président. "Toute cette histoire n'est qu'une tentative de démolition du président des Etats-Unis."

(Steve Holland, Jeff Mason, Richard Cowan; Jean-Stéphane Brosse pour le service français)