Téléchargez
notre application
Ouvrir

Inde et Pakistan échangent des messages de paix après la reconduction de Modi

reuters.com  |   |  350  mots
Inde et pakistan echangent des messages de paix apres la reconduction de modi[reuters.com]
(Crédits : Thomas Peter)

ISLAMABAD (Reuters) - Le Premier ministre pakistanais a échangé jeudi des message de paix avec son homologue indien, après le triomphe de ce dernier aux élections législatives, qui avaient pourtant été précédées d'une nouvelle crise entre Islamabad et New Delhi.

"Je félicite le Premier ministre (Narendra) Modi pour la victoire électorale du BJP et de ses alliés. Je suis impatient d'oeuvrer avec lui pour la paix, le progrès et la prospérité en Asie du Sud", a tweeté Imran Khan, ce dont l'intéressé l'a remercié juste après s'être adressé à ses partisans, réunis au siège du BJP pour célébrer la victoire.

"Je vous exprime chaleureusement ma gratitude pour vos voeux. J'ai toujours donné la priorité à la paix et au développement de notre région", écrit le nationaliste Narendra Modi sur le même canal.

L'armée pakistanaise avait auparavant procédé au tir expérimental d'un missile balistique sol-sol Shaheen II, une arme d'une portée de 2.500 km qui peut être coiffée d'une ogive nucléaire.

"Le Shaheen II est un missile extrêmement puissant qui répond pleinement aux besoins stratégiques du Pakistan en matière de dissuasion", dit l'état-major dans un communiqué, sans parler de l'Inde.

Le ministre pakistanais des Affaires étrangères, Shah Mehmud Qureshi, s'est brièvement entretenu mercredi avec son homologue indien, Sushma Swaraj, en marge d'une réunion de l'Organisation de coopération de Shanghai, au Kirghizistan.

"Nous voulons vivre comme de bons voisins et régler nos problèmes par la discussion", a-t-il déclaré à l'issue de leur rencontre.

Les élections indiennes, qui étaient étalées sur 39 jours, ont débuté le 11 avril, deux mois après l'attentat revendiqué par des séparatistes cachemiris qui a fait une quarantaine de morts parmi des auxiliaires de police indiens. Narendra Modi, qui s'est présenté en garant de la sécurité nationale, a ordonné des représailles militaires sans précédent depuis 1971.

(James Mckenzie avec Devjyot Ghoshal à New Delhi, Jean-Philippe Lefief pour le service français)