Téléchargez
notre application
Ouvrir

Les Européens se mobilisent fortement pour les élections

reuters.com  |   |  504  mots
Les europeens se mobilisent fortement pour les elections[reuters.com]
(Crédits : Susana Vera)

par Alastair Macdonald

BRUXELLES (Reuters) - Les électeurs européens se sont fortement mobilisés dimanche, ultime journée d'un scrutin réparti sur quatre jours dont le résultat va être décisif pour l'avenir de la construction européenne.

Dans plusieurs des 21 pays appelés à voter ce dimanche, notamment l'Allemagne et la France, le taux de participation était déjà supérieur à celui de 2014 plusieurs heures avant la fermeture des bureaux de vote.

En France, il s'élevait à 43,29% à 17h00 contre 35,07% à la même heure en 2014, selon le ministère de l'Intérieur.

Les Espagnols et les Polonais étaient aussi beaucoup plus nombreux à s'être rendus aux urnes en milieu de journée. Même constat en Hongrie, où le Premier ministre Viktor Orban a dit espérer dimanche que le scrutin renforcerait la représentation des formations politiques hostiles à l'immigration au Parlement de Strasbourg.

Les résultats préliminaires devraient tomber après la fermeture des derniers bureaux de vote, en Italie, à 23h00 (21h00 GMT), mais le Parlement européen diffusera une première projection de la répartition de ses 751 sièges dès 20h00 (18h00 GMT).

L'enjeu du scrutin est élevé, des partis d'extrême droite populiste faisant la course en tête dans les sondages dans trois des quatre plus grands pays de l'UE, l'Italie, la France et le Royaume-Uni où le Brexit se fait attendre.

En France, où les opérations de vote ont débuté à 08h00 (06h00 GMT), les 47 millions d'électeurs inscrits sont appelés à départager 34 listes - un record - au premier rang desquelles celles du Rassemblement national (RN) et de La République en marche (LaRem), engagées dans un duel sans merci mis en scène par Emmanuel Macron et Marine Le Pen.

Après la victoire surprise des sociaux-démocrates et plus largement des partis pro-UE jeudi aux Pays-Bas, selon des sondages à la sortie des urnes, les premières tendances en Allemagne, première puissance économique et pays le plus peuplé de l'Union, seront observées de près vers 18h00 (16h00 GMT).

A la même heure, d'autres estimations devraient notamment être fournies pour la Grèce et surtout l'Autriche, où les derniers sondages donnaient le parti conservateur du chancelier Sebastian Kurz largement vainqueur et ses anciens partenaires de coalition du Parti de la liberté (FPÖ, extrême droite) en net recul.

La France et l'Espagne suivront à 20h00 (18h00 GMT). On devrait avoir heure plus tard une image de la situation en Pologne et au Portugal.

Une fois l'ensemble des résultats connus s'ouvrira une autre bataille, celle de la désignation du successeur de Jean-Claude Juncker et des autres dirigeants de l'UE. Ce n'est qu'à son terme qu'il sera possible de mesurer pleinement les nouveaux rapports de force et l'ampleur de la recomposition éventuelle du paysage politique européen.

(avec Kylie MacLellan à Londres, Padraic Halpin à Dublin, Elizabeth Pineau et Simon Carraud à Paris et Toby Sterling à Amsterdam; Henri-Pierre André, Arthur Connan et Tangi Salaün pour le service français)