Téléchargez
notre application
Ouvrir

Les industrielles brisent l'élan de Wall Street

reuters.com  |   |  663  mots
Wall street termine en baisse[reuters.com]
(Crédits : Brendan Mcdermid)

(Reuters) - La Bourse de New York a fini mardi en très légère baisse, le repli des valeurs industrielles étouffant l'optimisme né d'un apaisement des tensions commerciales et de l'espoir d'une baisse de taux par la Réserve fédérale.

L'indice Dow Jones, qui restait sur six séances consécutives de hausse, a cédé 14,17 points, soit 0,05% à 26.048,51 points.

Le S&P-500, plus large, a perdu 1,01 point, soit 0,03%, à 2.885,72.

Le Nasdaq Composite a terminé de son côté quasiment inchangé (-0,01%) à 7.822,57.

Les indices avaient pourtant entamé la séance dans le vert, portés notamment par l'apaisement du conflit commercial entre les Etats-Unis et le Mexique ainsi que par les attentes d'une prochaine baisse de taux par la banque centrale américaine.

VALEURS

La tendance en s'est inversée, en partie à cause d'un repli de 0,90% pour l'indice S&P des valeurs industrielles qui a souffert des réserves émises par Donald Trump à propos du projet de rapprochement entre United Technologies (-3,95%) et Raytheon (-5,09%).

Certaines valeurs technologiques ont également reculé, à l'image d'Adobe (-1,55%).

Du côté des opérateurs de téléphonie mobile, l'action Sprint a perdu 5,87% et le titre T-Mobile a cédé 1,58% après l'annonce du lancement par 10 Etats américains, dont New York et la Californie, d'une action en justice visant à s'opposer à leur fusion.

L'appétit des investisseurs pour le risque s'est émoussé en l'absence de catalyseur pour porter les indices, explique Jack Ablin, directeur des investissements chez Cresset Capital Management.

"Ce qui me préoccupe, c'est que le marché réagit essentiellement en fonction de l'actualité et que cette actualité est changeante", a-t-il dit. "Il n'y a pas de tendance de fond."

LES INDICATEURS DU JOUR

L'annonce d'une hausse de 0,4% des prix à la production aux Etats-Unis en mai, comme en avril, a eu peu d'effet sur Wall Street.

LA SÉANCE EN EUROPE

Les Bourses européennes ont terminé en hausse, soutenues par les valeurs minières et automobiles à la faveur de l'accalmie sur le front du commerce.

À Paris, le CAC 40 a fini sur un gain de 0,48% à 5.408,45 points. Le Footsie britannique a pris 0,31% et le Dax allemand a gagné 0,92%.

L'indice EuroStoxx 50 a avancé de 0,43%, le FTSEurofirst 300 de 0,66% et le Stoxx 600 de 0,69%.

TAUX

Le repli de Wall Street a enrayé la remontée des rendements obligataires aux Etats-Unis, le taux à 10 ans s'équilibrant autour 2,145% après avoir atteint en séance un plus haut depuis le 31 mai à 2,178%.

En Europe, le rendement du Bund allemand à 10 ans a fini à -0,234%.

Les rendements des emprunts d'Etat italiens ont progressé pour leur part de quatre à sept points de base selon les échéances, profitant d'informations selon lesquelles le Trésor italien préparerait une émission syndiquée pour un nouvel emprunt à 20 ans.

CHANGES

Le dollar recule très légèrement face à un panier de devises de référence mais reste au-dessus du creux de deux mois et demi touché vendredi après les chiffres inférieurs aux attentes de l'emploi américain en mai.

L'euro progresse un peu, autour de 1,133 dollar.

La livre sterling gagne de son côté 0,34% face au dollar après avoir brièvement réduit ses gains en réaction à la hausse supérieure aux attentes des salaires en Grande-Bretagne sur la période février-avril.

PÉTROLE

Les cours du brut ont terminé sans grand changement, tiraillés entre les craintes pour la croissance mondiale et les espoirs d'une prolongation par l'Opep et ses alliés des accords limitant leur production.

A SUIVRE MERCREDI :

La journée de mercredi est calme du côté des indicateurs avec tout de même les prix à la consommation aux Etats-Unis pour le mois de mai (12h30 GMT).

Les investisseurs guetteront par ailleurs d'éventuels signaux dans un discours que doit prononcer le président de la Banque centrale européenne (BCE), Mario Draghi, en ouverture d'un colloque sur l'Europe centrale et orientale.

(Patrick Vignal pour le service Marchés, avec Caroline Valetkevitch à New York)