Téléchargez
notre application
Ouvrir

Turquie : Procès de personnalités pour les manifestations de Gezi

reuters.com  |   |  316  mots
Turquie: proces de personnalites pour les manifestations de gezi[reuters.com]
(Crédits : Huseyin Aldemir)

SILIVRI, Turquie (Reuters) - Le procès de l'homme d'affaires Osman Kavala et de 15 autres personnalités de la société civile s'est ouvert lundi devant le tribunal de Silivri, où ils sont accusés de tentative de renversement du gouvernement turc via les manifestations de Gezi.

Les manifestations de Gezi, à l'été 2013, ont débuté pour protester contre la transformation d'un des rares parcs d'Istanbul en un complexe immobilier, et elles se sont rapidement propagées à des villes de l'ensemble du pays.

Recep Tayyip Erdogan, actuel président qui était alors Premier ministre, avait affirmé que la raison des manifestations n'était pas la défense de l'environnement et qu'elles visaient en fait à faire tomber son gouvernement.

Osman Kavala a entrepris lundi de se défendre, devant le tribunal de Silivri, ville à l'ouest d'Istanbul où se trouve la plus grande prison de Turquie, celle-là même où il est détenu depuis 2017.

"L'accusation qui me vaut d'être en prison depuis 20 mois se fonde sur une série d'affirmations qui ne reposent sur aucun fait et défient toute logique", a-t-il dit devant la cour.

Aux abords du tribunal, plusieurs centaines de partisans des accusés s'étaient rassemblés, sous la surveillance de policiers anti-émeutes.

Kavala est accusé d'avoir fait propager le mouvement de protestation de 2013 à travers le pays via son organisation, Anadolu Kultur, qui défend la culture et les droits de l'homme. Un autre accusé, Yigit Aksakoglu, est en détention depuis novembre dernier.

L'acte d'accusation préconise des peines de réclusion à perpétuité pour les inculpés. Ce procès s'ouvre sur fond d'inquiétudes face à l'autoritarisme croissant du pouvoir en Turquie, où des dizaines de milliers de personnes ont été arrêtées lors de la répression du putsch avorté de juillet 2016 contre le président Erdogan.

(Ali Kuçukgomen; Eric Faye pour le service français)