Téléchargez
notre application
Ouvrir

L'Iran ne capitulera jamais devant les Etats-Unis, dit Khamenei

reuters.com  |   |  467  mots
L'iran ne capitulera jamais devant les etats-unis, dit khamenei[reuters.com]
(Crédits : Handout .)

LONDRES (Reuters) - Le peuple iranien ne cédera pas face aux pressions américaines, aux "sanctions cruelles" et aux "insultes", a assuré mercredi le guide suprême de la Révolution islamique, l'ayatollah Ali Khamenei.

Khamenei est la principale cible des nouvelles sanctions américaines dévoilées lundi par Donald Trump, notamment un gel des avoirs à l'étranger, mesures dont le président iranien Hassan Rohani a estimé mardi qu'elles seraient sans effet.

"Les responsables les plus vicieux du gouvernement (américain) accusent et insultent l'Iran. Le peuple iranien ne cédera pas et ne capitulera pas devant de telles insultes", a réagi mercredi le guide suprême, cité sur son site internet.

Khamenei incarne la plus haute autorité religieuse en Iran. En tant que guide suprême, il occupe la fonction de commandant en chef des armées, nomme les chefs du système judiciaire, approuve la nomination des ministres clés du gouvernement et a le dernier mot sur la politique étrangère et nucléaire de l'Iran.

Cité par l'agence de presse Irib, le président Hassan Rohani a jugé mercredi que les Etats-Unis, par leurs sanctions à l'encontre de l'ayatollah, fournissaient la preuve "qu'ils ne comprennent pas les questions religieuses".

"Aujourd'hui, je dis aux Américains que la voie qu'ils ont choisie est la mauvaise voie", a-t-il ajouté.

Hassan Rohani a également dénoncé l'offre de Donald Trump de dialoguer sans condition préalable avec Téhéran, jugeant qu'elle constitue un "mensonge" puisqu'elle a été suivie de nouvelles sanctions.

Ces sanctions, a renchéri le commandant des Gardiens de la Révolution, Hossein Salami, sont "illogiques et insensées" et ne servent à Donald Trump qu'à sauver la face.

Le président américain, qui a dénoncé l'an dernier l'accord de 2015 durement négocié par les Occidentaux, la Russie et la Chine pour limiter les activités nucléaires de Téhéran, exige une renégociation totale avec l'Iran, sur son programme nucléaire mais aussi son programme de missiles balistiques et son expansionnisme régional.

Il serait dans l'intérêt des Etats-Unis et des pays européens de respecter l'accord sur le nucléaire qu'ils ont signé en 2015, a estimé le président iranien.

Le gouverneur de la banque centrale iranienne Abdolnaser Hemmati a affirmé pour sa part que les exportations de pétrole par l'Iran augmentaient "en dépit de la volonté américaine de les réduire à zéro".

L'Iran a également annoncé mercredi qu'il allait dépasser à partir de jeudi son plafond d'uranium faiblement enrichi, en réponse au retrait des Etats-Unis de l'Accord de Vienne et à l'incapacité des Européens à contrebalancer le rétablissement des sanctions américaines.

(Bozorgmehr Sharafedin, avec Babak Dehghanpisheh à Genève; Tangi Salaün pour le service français)