Téléchargez
notre application
Ouvrir

Le ralentissement du PIB met Pékin sous pression, dit Trump

reuters.com  |   |  426  mots
Le ralentissement du pib met pekin sous pression, dit trump[reuters.com]
(Crédits : Kevin Lamarque)

WASHINGTON (Reuters) - Le ralentissement de la croissance chinoise montre que les tarifs douaniers américains ont un "effet majeur" et Pékin peut s'attendre à un surcroît de pression si les négociations commerciales avec Washington n'avancent pas, a déclaré lundi le président Donald Trump.

La croissance du produit intérieur brut (PIB) de la Chine a ralenti au deuxième trimestre à 6,2% en rythme annuel, son plus bas niveau depuis 1992, la demande tant intérieure qu'extérieure souffrant du conflit commercial avec les Etats-Unis, montrent des données publiées lundi.

"C'est pour cela que la Chine veut conclure un accord avec les USA, et se mord les doigts d'avoir tourné le dos à un accord initial", a tweeté le président américain.

Trump et son homologue chinois Xi Jinping se sont entendus le mois dernier sur une nouvelle trêve dans le conflit commercial qui oppose depuis un an les deux superpuissances économiques. Leur entrevue de fin juin, en marge du sommet du G20 au Japon, visait à relancer les négociations entre les deux pays mais aucune date n'a été annoncée à ce jour.

L'administration Trump affirme que la Chine s'est engagée à cette occasion à reprendre de suite des achats de produits agricoles américains, et elle ne cache pas sa frustration de voir que rien ne se passe.

Des sources au fait des discussions assurent toutefois que la Chine n'a pris aucun engagement précis en ce sens lors de l'entrevue des deux chefs d'Etat à Osaka.

Les négociateurs des deux pays se sont entretenus par téléphone la semaine dernière, sans convenir d'une date pour la reprise officielle des discussions. Le représentant au Commerce Robert Lighthizer et le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin se rendront à Pékin "dans un avenir très proche", s'est borné à dire Peter Navarro, le conseiller en charge du commerce à la Maison blanche.

Selon une source proche des négociations, la partie américaine souhaite que la Chine spécifie quel document servira de base aux discussions avant de fixer une date.

En attendant, l'ambassade de Chine à Washington et l'ambassadeur Cui Tiankai ont créé des comptes séparés sur Twitter afin d'accroître la visibilité des positions chinoises sur le média social largement utilisé par la partie adverse.

Cui Tiankai compte 10.600 abonnés à son compte, moins d'une semaine après son arrivée sur la plate-forme.

(Susan Heavey et Andrea Shalal à Washington, avec Ben Blanchard à Pékin, Véronique Tison pour le service français, édité par Nicolas Delame)