Téléchargez
notre application
Ouvrir

Allemagne : Les tensions extérieures plombent le moral des investisseurs

reuters.com  |   |  317  mots
Allemagne: l'indice zew chute a -24,5 en juillet[reuters.com]
(Crédits : Charles Platiau)

BERLIN (Reuters) - Le moral des investisseurs allemands s'est altéré bien plus qu'on ne l'anticipait en juillet, en raison d'un conflit commercial persistant entre la Chine et les Etats-Unis et des tensions géopolitiques entre ces derniers et l'Iran, selon l'enquête publiée mardi par l'institut de recherche économique ZEW.

L'indice ZEW a chuté à -24,5 ce mois-ci, plus que la baisse de -22,3 que prévoyaient en moyenne les économistes interrogés par Reuters, après -21,1 en juin.

Le sous-indice des conditions actuelles s'est dégradé nettement plus que prévu à -1,1, au plus bas depuis juin 2010, contre 7,8 en juin et 5,0 attendu par les économistes.

Cet indicateur n'est pas de bon augure pour l'économie allemande pour laquelle on ne prévoit qu'une maigre croissance de 0,5% cette année.

Achim Wambach, le président de l'institut ZEW, observe que le pessimisme des investisseurs allemands trouve sans doute sa source dans le tassement permanent du carnet de commandes de l'industrie locale.

Les commandes à l'industrie allemande ont baissé bien plus que prévu en mai, suivant des données parues au début du mois, et le ministère de l'Economie allemand a souligné qu'il n'y aurait sans doute pas de rebond en vue pour elles dans les mois à venir.

"On ne voit rien à l'horizon qui permette d'affirmer que les facteurs sources d'incertitude dans les secteurs orientés à l'exportation de l'économie allemande puissent être contenus de façon durable", a dit Wambach.

"Le conflit avec l'Iran semble gagner en intensité et le différend commercial entre les Etats-Unis et la Chine est un fardeau, et pas seulement pour le développement économique de la Chine".

Il reste enfin le risque que la Grande-Bretagne quitte l'Union européenne (UE) sans accord fin octobre, autre source majeure d'incertitude pour les entreprises européennes, fait-il valoir.

(Michael Nienaber, Marc Joanny et Wilfrid Exbrayat pour le service français)