Téléchargez
notre application
Ouvrir

Probable veto de Trump à un embargo du Congrès sur les ventes d'armes à Ryad

reuters.com  |   |  330  mots
Probable veto de trump a un embargo du congres sur les ventes d'armes a ryad[reuters.com]
(Crédits : Faisal Nasser)

WASHINGTON (Reuters) - La Chambre des représentants a adopté mercredi des résolutions visant à bloquer les ventes d'armes pour plusieurs milliards de dollars à l'Arabie saoudite et aux Emirats arabes unies, des mesures auxquelles le président Donald Trump devrait opposer son veto comme il l'avait auparavant annoncé.

Ces résolutions, parmi celles votées près d'un mois plus tôt par le Sénat, prévoient notamment la suspension des ventes de missiles guidés fabriqués par Raytheon qui, selon certains parlementaires, ont été utilisés par la coalition militaire sous commandement saoudien qui intervient au Yémen et ont fait des victimes parmi les civils.

De nombreux élus du Congrès, aussi bien dans le camp républicain de Donald Trump que dans les rangs démocrates, affichent leur dépit devant l'attitude du président américain à l'égard de l'Arabie saoudite. Le vote du Sénat le mois dernier marque l'un des rares cas où la chambre haute, contrôlée par les républicains, s'est opposée à la politique étrangère de Trump.

Avec ce vote, les parlementaires affichent leur volonté de voir Donald Trump adopter une position plus ferme à l'égard de Ryad afin que le royaume wahhabite mette fin aux violations des droits de l'homme et s'évertue à éviter les victimes civiles au Yémen.

Ils entendent envoyer un message fort à l'Arabie saoudite pour son implication dans la crise humanitaire au Yémen et pour l'assassinat du journaliste Jamal Khashoggi en octobre dernier.

Trump prône le maintien de liens étroits avec Ryad, pour son rôle face à l'influence de l'Iran au Moyen-Orient et pour l'achat d'équipement militaire américain que Trump juge important pour l'économie des Etats-Unis.

Le chef de la Maison blanche a déclaré en mai qu'il contournerait les résolutions du Congrès, un futur veto qu'il a dit vouloir justifier par les tensions avec l'Iran.

(Patricia Zengerle; Jean Terzian pour le service français)