Téléchargez
notre application
Ouvrir

Au Japon, Abe consolide sa majorité à la chambre haute

reuters.com  |   |  373  mots
Au japon, abe consolide sa majorite a la chambre haute[reuters.com]
(Crédits : Kim Kyung Hoon)

TOKYO (Reuters) - La coalition au pouvoir au Japon, dominée par le Parti libéral-démocrate (PLD, droite) du Premier ministre Shinzo Abe, devrait conserver une solide majorité a la chambre haute du parlement sans parvenir à celle des deux tiers, nécessaire pour mener à bien son projet de révision de la Constitution, selon une projection de la chaîne publique NHK.

Avec au moins 69 sièges sur les 124 qui étaient en remis en jeu dimanche lors des sénatoriales (sur un total de 245 sièges), la coalition obtient une nette victoire qui justifie, selon Shinzo Abe, l'ouverture d'un débat sur une éventuelle révision de la Constitution, notamment de l'article 9 sur le renoncement du Japon à la belligérance.

Le taux de participation semble cependant être passé sous le seuil des 50% d'inscrits, pour la première fois depuis 1995 dans les annales des sénatoriales, a rapporté la NHK.

Toujours selon la NHK, le PLD et son partenaire de coalition le Komeito n'atteindront pas les 85 sièges nécessaires pour disposer d'une majorité des deux tiers à la Chambre des conseillers.

Le PLD détient 70 sièges parmi ceux qui n'étaient pas remis en jeudi dimanche, et le camp favorable à la révision de la Constitution - qui comprend PLD, Komeito, Parti de l'innovation du Japon et quelques indépendants - en contrôle 79.

S'exprimant à la télévision, Shinzo Abe a déclaré que le résultat des sénatoriales l'incitait à ouvrir le débat sur la révision constitutionnelle.

"J'aimerais réaliser cette réforme à une certaine étape de mon mandat, a confié le Premier ministre nationaliste, dont les fonctions à la tête du PLD doivent s'achever en septembre 2021.

Une révision constitutionnelle nécessite le feu vert des deux tiers des élus dans les deux chambres du parlement mais aussi une majorité des voix lors d'un référendum.

Le camp des partisans d'une révision de la Constitution de 1947, promulguée au début de la période d'occupation américaine et qui n'a pas été modifiée depuis lors, détient déjà la majorité des deux tiers à la chambre basse.

(Kiyoshi Takenaka et Linda Sieg; Eric Faye et Jean-Stéphane Brosse pour le service français)