Téléchargez
notre application
Ouvrir

Accord de principe de 14 Etats membres de l'UE sur les migrants

reuters.com  |   |  537  mots
Migrants: accord de principe de 14 etats membres de l'ue[reuters.com]
(Crédits : Hannibal Hanschke)

PARIS (Reuters) - Quatorze Etats membres de l'Union européenne ont donné leur accord de principe à un "mécanisme de solidarité" de répartition automatique des migrants, porté par Paris et Berlin, a annoncé lundi Emmanuel Macron, qui a fait état d'une participation "active" de huit d'entre eux.

Quatre jours après une première réunion à Helsinki, les ministres européens de l'Intérieur et des Affaires étrangères se sont retrouvés à Paris pour évoquer la question des migrations, source régulière de crispation entre pays du bloc, notamment avec l'Italie qui se plaint d'avoir à gérer seule l'afflux sur ses côtes.

Signe des tensions encore vives, le ministre italien de l'Intérieur Matteo Salvini n'a pas fait le déplacement en France et avait en amont mis en garde, dans une lettre adressée à son homologue français Christophe Castaner, contre des décisions "prises seulement à Paris et Berlin".

"La conclusion de la réunion de ce matin est que sur le principe, 14 Etats membres à ce stade ont donné leur accord sur le document franco-allemand", a déclaré Emmanuel Macron après un entretien avec notamment Filippo Grandi, Haut-Commissaire de l'Onu pour les réfugiés, et António Manuel de Carvalho Ferreira Vitorini, directeur général de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM).

"Parmi ces 14, huit Etats membres ont de manière active acté de leur coopération et donc de leur participation", a-t-il précisé à la presse à l'Elysée. Selon l'entourage du chef de l'Etat français, ce "club de volontaires" comprend à ce stade la France, l'Allemagne, la Finlande, le Luxembourg, le Portugal, la Lituanie, la Croatie et l'Irlande.

Le nom des six autres pays "intéressés" par ce mécanisme de répartition "systématique, rapide et digne" des migrants secourus par des navires d'ONG en Méditerranée, n'a pas été dévoilé mais les négociations se poursuivent, a-t-on ajouté de même source.

"PAS D'EUROPE A LA CARTE"

Selon le HCR et l'OIM, au moins 426 personnes sont mortes en tentant de traverser la Méditerranée depuis janvier. Ces dernières années, des bateaux affrétés par des ONG se sont heurtées au refus de plusieurs capitales européennes d'entrer dans leur port, Rome au premier rang.

"Je crois que la seule manière (de résoudre la situation) c'est la coopération et je regrette que certains aient décidé de ne pas venir à la réunion de ce matin, on ne gagne jamais rien à la non-coopération", a déclaré Emmanuel Macron, appelant à renforcer "l'efficacité de notre solidarité entre Européens" et saluant le travail réalisé par Malte ces derniers mois.

"Je souhaite que nous puissions avancer de manière efficace pour que l'ensemble des Etats membres participent à cet effort", a-t-il ajouté. "Ce sera l'un des éléments clefs des perspectives financières à venir. L'Europe n'est pas à la carte lorsqu'il s'agit de la solidarité. On ne peut pas avoir des Etats qui nous disent 'moi je ne veux pas de votre Europe quand il s'agit de partager la charge mais je la veux bien quand il s'agit de toucher les fonds structurels'".

(Marine Pennetier, édité par Simon Carraud)