Téléchargez
notre application
Ouvrir

Le Conseil d'Etat chinois réclame une plus grande intégration de Shenzhen, Hong Kong et Macao

reuters.com  |   |  374  mots
Le conseil d'etat chinois reclame une plus grande integration de shenzhen, hong kong et macao[reuters.com]
(Crédits : Thomas Peter)

SHANGHAI (Reuters) - Le Conseil chinois des affaires d'Etat a proposé une plus grande intégration de la ville de Shenzhen, dans le sud du pays, avec les régions administratives spéciales de Hong Kong et Macao.

Cette directive intervient en plein mouvement de contestation dans Hong Kong, où les manifestants s'inquiètent d'une emprise croissante du pouvoir chinois sur l'ancienne colonie britannique en dépit de la formule "un pays, deux systèmes" qui a présidé à la rétrocession, en 1997.

Publiée dans le Quotidien du Peuple, l'organe du Parti communiste chinois, la directive en 19 points du Conseil des affaires d'Etat porte sur le développement économique de Shenzhen, la grande ville du Guangdong, à la frontière avec Hong Kong.

Il s'agit d'en faire une "zone pilote de démonstration du socialisme aux caractéristiques chinoises" avec l'objectif de la porter parmi les premières villes au monde "en termes de puissance économique et de qualité de développement" d'ici 2025 puis une "locomotive mondiale" d'ici la moitié du siècle.

Citant des analystes, le Global Times, quotidien tabloïd en langue anglaise publié par le Quotidien du Peuple, souligne que cette initiative fera de Shenzhen "un meilleur endroit que Hong Kong, où les manifestations radicales des deux derniers mois ont jeté une ombre durable sur son rôle de plateforme financière internationale".

Shenzhen a déjà connu dans les années 1990 un développement accéléré, devenant l'une des plateformes chinoises de l'industrie et des technologies. Les groupes Tencent, géant de l'internet, et Huawei (télécommunications) y ont leur siège social.

La directive propose aussi d'intégrer sa culture et son économie à Hong Kong et Macao via des financements d'hôpitaux, des services communs de protection civile et des échanges culturels, de développer davantage la région de la Grande Baie Guangdong-Hong Kong-Macao (sur le delta de la rivière des Perles) et d'"enrichir la nouvelle pratique de la politique 'un pays, deux systèmes'".

Cette formule qui reconnaît la souveraineté de la Chine sur Hong Kong est également censée préserver les libertés publiques et individuelles et l'autonomie de l'ex-colonie britannique.

(Josh Horwitz; Henri-Pierre André pour le service français)