Téléchargez
notre application
Ouvrir

Le Soudan a besoin de 10 milliards de dollars d'aide étrangère pour rebâtir son économie, dit Hamdok

reuters.com  |   |  383  mots
Le soudan a besoin de 10 milliards de dollars d'aide etrangere pour rebatir son economie, dit hamdok[reuters.com]
(Crédits : Mohamed Nureldin Abdallah)

KHARTOUM (Reuters) - Le Soudan a besoin de 8 milliards de dollars d'aide étrangère au cours des deux prochaines années pour couvrir ses dettes et contribuer à rebâtir une économie dévastée par plusieurs mois de crise politique, a déclaré samedi le nouveau Premier ministre, Abdalla Hamdok.

S'exprimant dans un entretien à Reuters, le premier accordé à un organe de presse étranger, l'économiste a ajouté que 2 milliards de dollars supplémentaires en réserves de changes étrangères seraient nécessaires dans les trois prochains mois pour stopper la dépréciation de la monnaie locale.

Abdalla Hamdok, 61 ans, a officiellement pris ses fonctions mercredi à la tête du gouvernement soudanais. Il a auparavant occupé plusieurs postes au sein d'institutions nationales.

Il a dit avoir ouvert des discussions avec le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque mondiale dans le but de restructurer l'importante dette du Soudan, et il a parallèlement effectué des approches auprès de pays amis.

Pénurie de matières premières et de carburant et inflation ont déclenché des manifestations de masse qui ont provoqué la chute du président Omar el Béchir en avril dernier.

Hamdok a par ailleurs dit s'être entretenu avec les Etats-Unis afin que l'administration américaine retire le Soudan de la liste des pays soutenant le terrorisme, ce qui a isolé Khartoum de la plupart des systèmes financiers internationaux depuis 1993.

Aucun commentaire n'a pu être obtenu dans l'immédiat auprès de Washington, du FMI et de la Banque mondiale.

"Nous voulons transformer l'économie soudanaise, basée sur la consommation et les importations, en une économie productive, et arrêter d'exporter des produits tels que le bétail et les biens agricoles en tant que matières premières", a dit Hamdok.

"Mettre fin à la guerre, qui représente 70% des dépenses du budget, va créer un surplus qui pourra être investi dans la production, en particulier l'agriculture, le bétail et les industries liées", a-t-il ajouté.

Le Soudan a achevé mardi soir la formation du Conseil souverain dont les onze membres vont conduire la période de transition de trois ans devant déboucher sur des élections.

(Khalid Abdelaziz; Jean Terzian pour le service français, édité par Jean-Michel Bélot)