Téléchargez
notre application
Ouvrir

USA 2020 : Un deuxième candidat défie Trump pour la primaire républicaine

reuters.com  |   |  399  mots

WASHINGTON (Reuters) - Joe Walsh, ancien parlementaire devenu animateur de radio, a annoncé dimanche qu'il briguait l'investiture du Parti républicain pour l'élection présidentielle de 2020 aux Etats-Unis contre Donald Trump.

William Joseph Walsh, 57 ans, est le deuxième républicain à défier le président américain dans la course à la Maison Blanche pour 2020. L'autre candidat est William Weld, un ancien gouverneur du Massachusetts.

Les démocrates sont 21, un record, à briguer l'investiture de leur parti pour 2020 après l'abandon vendredi de Seth Moulton, élu dans le Massachusetts à la Chambre des représentants.

Joe Walsh a exprimé ses critiques vis-à-vis du président sortant sur la chaîne de télévision ABC.

"Je suis candidat parce qu'il est incompétent", a déclaré Joe Walsh, 57 ans. "Quelqu'un doit se porter volontaire."

"C'est un tyran et il est un lâche et quelqu'un doit le faire sortir", a déclaré Joe Walsh. "Le pari (...) de ma campagne est qu'il y a beaucoup de républicains qui ressentent la même chose que moi. Ils ont peur de se faire connaître."

Invité à répondre à ces propos et à la décision de Joe Walsh de se présenter, le porte-parole de Donald Trump a répondu: "Peu importe."

Joe Walsh a été élu à la Chambre des représentants en 2010 en tant que candidat des ultra-conservateurs républicains du Tea Party dans l'Illinois, mais il a été battu par la démocrate Tammy Duckworth lors de sa candidature à la réélection de 2012.

Après avoir quitté le Congrès, il est devenu animateur d'émissions de radio dans la région de Chicago.

William Weld, un ancien gouverneur du Massachusetts, brigue également l'investiture républicaine contre Trump pour le scrutin de 2020, mais sa candidature ne parvient pas à décoller.

S'exprimant sur la chaîne NBC dimanche, il a déclaré qu'il se félicitait de l'entrée de Joe Walsh dans la course.

"Cela ne peut que contribuer à un dialogue plus solide et cela sera bon pour le pays", a-t-il déclaré. "Nous devons réunir des personnes rationnelles. Pour sûr, un président dérangé fait baisser la Bourse (...)".

Donald Trump bénéficie d'un taux d'approbation de 87% chez les républicains, selon un sondage Reuters-Ipsos réalisé les 19 et 20 août.

(Ginger Gibbson avec Doina Chiacu et Tim Ahmann; Danielle Rouquié pour le service français)