Téléchargez
notre application
Ouvrir

Coronavirus : Trop tôt pour parler de pandémie, déclare l'OMS

reuters.com  |   |  375  mots
Coronavirus: l'oms explique ne plus utiliser la categorie pandemie[reuters.com]
(Crédits : Denis Balibouse)

GENEVE (Reuters) - L'épidémie due au nouveau coronavirus n'est pas hors de contrôle dans le monde, ne provoque pas de décès à grande échelle et il est prématuré de parler de pandémie, a déclaré lundi le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

"Utiliser le terme de pandémie ne correspond pas aux faits", a dit Tedros Adhanom Ghebreyesus lors d'une conférence de presse à Genève. "Nous devons nous concentrer sur le confinement de la maladie, tout en nous préparant à une potentielle pandémie."

A propos de l'Iran, où le dernier bilan fait état de 12 décès et 61 cas de contamination, le Dr Mike Ryan, chargé du programme OMS de gestion des situations d'urgence sanitaire, a déclaré que ce taux de mortalité très élevé pourrait s'expliquer par le fait que seuls les cas graves de contamination ont été annoncés. Une équipe de l'OMS arrivera mardi en Iran, a-t-il dit.

Les craintes d'une pandémie se sont accrues lundi après la multiplication de nouveaux cas hors de Chine continentale, notamment en Corée du Sud, en Iran, au Moyen-Orient ainsi qu'en Italie.

L'agence basée à Genève avait déclaré comme une pandémie l'épidémie de grippe H1N1 qui avait sévie en 2009 et qui s'était avérée être modérée, ce qui avait suscité des critiques de la part des groupes pharmaceutiques qui s'étaient précipités pour développer un vaccin et des médicaments.

En ce qui concerne le nouveau coronavirus qui a émergé à Wuhan en Chine en décembre, l'OMS l'a déclaré le 30 janvier comme une urgence de santé publique de portée internationale. Cette catégorisation doit permettre d'aider les pays ayant un faible système de santé à consolider leurs défenses.

Depuis, le coronavirus s'est propagé, avec plus de 77.000 cas recensés en Chine, dont près de 2.600 décès, et près de 2.000 cas et une vingtaine de décès dans une trentaine d'autres pays, selon les derniers chiffres communiqués par l'OMS.

(Stéphane Nebehay et Michael Shields, Blandine Hénault et Jean-Stéphane Brosse pour le service français)