Téléchargez
notre application
Ouvrir

IAG dit que le coronavirus affectera son bénéfice cette année

reuters.com  |   |  319  mots
Iag dit que le coronavirus affectera son benefice cette annee[reuters.com]
(Crédits : Paul Hackett)

LONDRES (Reuters) - IAG, maison mère de British Airways, a dit vendredi que le coronavirus affecterait son bénéfice cette année mais qu'il lui était impossible de chiffrer cet impact en raison de l'évolution rapide de l'épidémie.

L'épidémie de coronavirus apparue en décembre en Chine a fait plonger la demande sur les réservations de voyages ces dernières semaines, conduisant nombre de compagnies aériennes à naviguer à vue sur leurs prévisions.

IAG, également propriétaire des compagnies Iberia et Aer Lingus, donne généralement ses prévisions de bénéfice à cette période de l'année mais le groupe a déclaré que l'incertitude persistante concernant l'impact et à la durée du coronavirus l'empêchait de fournir des indications précises à ce stade.

"La situation évolue rapidement", a déclaré le directeur général Willie Walsh à la presse.

British Airways a annulé récemment des vols à destination et en provenance de l'Italie, de Singapour et de la Corée du Sud, après avoir suspendu tous ses vols directs vers la Chine en janvier.

Sa concurrente easyJet a également prévenu vendredi qu'elle avait enregistré un "important" ralentissement de la demande dans ses bases du nord de l'Italie, et qu'elle annulerait des vols et réduirait ses coûts.

Sur l'ensemble de l'année 2019, IAG a fait état d'une baisse de 5,7% de son résultat d'exploitation à 3,285 milliards d'euros, légèrement au-dessus de sa prévision de 3,27 milliards, qui avait été abaissée septembre.

Tout le secteur souffre en raison du coronavirus. L'indice Stoxx des transports et des loisirs perd 4,9% à 10h05, la plus forte baisse sectorielle en Europe.

A Paris, Air France-KLM cède 5,83%. L'action a perdu plus de 20% depuis le début de la semaine pour chuter à un creux de deux ans et demi.

(Sarah Young; version française Claude Chendjou, édité par Patrick Vignal)