Téléchargez
notre application
Ouvrir

Le masque obligatoire dans les lieux publics clos le 1er août, dit Macron

reuters.com  |   |  332  mots
Des masques obligatoires dans les lieux publics clos, dit macron[reuters.com]
(Crédits : Pool New)

PARIS (Reuters) - Emmanuel Macron a annoncé mardi que le port du masque allait devenir obligatoire à partir du 1er août dans les lieux publics clos en France face à la légère recrudescence de l'épidémie de coronavirus.

"On ne va pas le faire du jour au lendemain mais je recommande à tous nos concitoyens qui nous écoutent de porter le masque au maximum quand ils sont dehors et a fortiori quand ils sont dans un lieu clos", a dit le président lors d'un entretien télévisé. "Et nous allons observer la situation, mais nous mettre en situation de pouvoir, par exemple à partir du 1er août, le rendre totalement obligatoire."

Selon son entourage, le chef de l'Etat a donné avec cette date du 1er août "une perspective" afin "de laisser le temps à chacun de s'organiser, par exemple les magasins, et ainsi permettre une transition en douceur."

Pour mieux lutter contre une épidémie toujours active, Emmanuel Macron a également dit vouloir permettre à tout Français de se faire tester, même sans prescription médicale.

La France sera prête en cas de nouvelle vague épidémique, a aussi assuré le président de la République.

"Nous sommes en train de tout faire pour éviter une nouvelle vague et de faire une approche différenciée si elle apparaissait", a-t-il précisé. "Si on ne veut pas de deuxième vague, ça dépend de nous."

Les autorités ont fait le nécessaire pour que la rentrée des classes se déroule "dans des conditions quasi normales", a aussi souligné Emmanuel Macron.

Si un vaccin contre le coronavirus était trouvé, "la France sera servie parmi les premiers pays", a aussi déclaré le chef de l'Etat, alors que le groupe français Sanofi travaille à l'élaboration d'un vaccin contre le virus qui a fait plus de 30.000 morts en France et reste très actif dans le monde.

(Elizabeth Pineau, édité par Blandine Hénault)

`