Téléchargez
notre application
Ouvrir

L'ex-roi d'Espagne Juan Carlos évoque une "parenthèse"

reuters.com  |   |  545  mots
L'ex-roi d'espagne juan carlos evoque une parenthese[reuters.com]
(Crédits : Andrea Comas)

MADRID (Reuters) - L'ancien roi d'Espagne Juan Carlos, qui a quitté le pays alors qu'il est visé par une enquête sur des soupçons de corruption, a déclaré dans des messages envoyés à des amis depuis l'avion à bord duquel il a voyagé que son absence était seulement temporaire, rapporte mercredi La Vanguardia.

"Je ne suis pas en vacances et je n'abandonne pas l'Espagne. C'est seulement une parenthèse", a déclaré l'ancien monarque dans un message à des amis, selon le quotidien.

Le journal El Pais, qui rapporte également que Juan Carlos a dit à ses amis que son absence serait temporaire, précise que "d'autres personnes, au sein du gouvernement, estiment que ça ne sera pas si facile."

Visé par une enquête du Tribunal suprême espagnol pour des soupçons de corruption, Juan Carlos, qui a abdiqué en 2014, a décidé de quitter le pays pour faciliter la tâche de son fils Felipe, qui lui a succédé sur le trône, a annoncé lundi le palais royal dans un communiqué qui a pris les Espagnols de court.

En l'absence de confirmation officielle du lieu où séjourne l'ancien roi âgé de 82 ans, les rumeurs foisonnent et l'annonce de son départ continue de faire des vagues en Espagne.

Citant des sources ayant requis l'anonymat, les journaux El Pais et El Confidencial indiquent que Juan Carlos, dont le titre est désormais "roi émérite", se trouve au Portugal, où il a passé une partie de sa jeunesse.

De leur côté, les quotidiens La Vanguardia et ABC signalent qu'il s'est rendu en voiture au Portugal avant de s'envoler pour la République dominicaine où il séjournerait auprès d'une riche famille propriétaire de plantations de canne à sucre.

Les autorités dominicaines ont cependant précisé que son dernier séjour dans le pays remontait à la période du 28 février au 2 mars dernier, en ajoutant n'avoir aucune information sur sa possible arrivée dans le pays.

Un porte-parole du palais royal et un avocat de Juan Carlos ont précisé n'avoir rien à dire sur le sujet, à propos duquel aucun commentaire officiel n'a été obtenu depuis l'annonce lundi du départ de Juan Carlos.

Couronné en 1975 après la mort du dictateur Francisco Franco, Juan Carlos est très respecté pour avoir guidé l'Espagne vers la démocratie, mais la fin de son règne a été ternie par une série de scandales qui ont écorné son image.

En témoigne le succès d'une pétition en ligne pour débaptiser l'université Roi-Juan-Carlos de Madrid, qui avait réuni près de 40.000 signatures mercredi matin.

Depuis quelques mois, les parquets espagnol et suisse enquêtent sur un dossier de corruption présumée lors de l'attribution d'un contrat de train à grande vitesse par l'Arabie saoudite.

Si Juan Carlos - protégé par son immunité jusqu'à son abdication - n'est pas encore formellement inclus dans ce dossier, la fuite de différents éléments des enquêtes dans la presse a accentué la pression pour qu'il agisse afin de protéger la monarchie.

L'avocat de Juan Carlos a à de nombreuses reprises refusé de commenter ce dossier.

(Nathan Allen, version française Myriam Rivet, édité par Jean-Stéphane Brosse)