Téléchargez
notre application
Ouvrir

Coronavirus : L’Allemagne craint un reconfinement après une nouvelle hausse des cas

reuters.com  |   |  365  mots
Coronavirus: l’allemagne craint un reconfinement apres une nouvelle hausse des cas[reuters.com]
(Crédits : Fabrizio Bensch)

BERLIN (Reuters) - Le nombre de nouveaux cas confirmés de contamination au coronavirus a franchi en Allemagne le seuil des 1.000 cas en l'espace de 24 heures pour la première fois depuis début mai, signe supplémentaire que le relâchement observé dans le respect des mesures de distanciation sociale augmente le risque d'une deuxième vague épidémique.

D'après les données communiquées jeudi par l'Institut Robert Koch (RKI) pour les maladies infectieuses, le pays a enregistré 1.045 cas supplémentaires en une journée, pour un total de 213.067 cas depuis le début de l'épidémie.

L'augmentation était graduelle ces dernières semaines. Cette fois, un seuil psychologique a été franchi.

Alors que la première économie d'Europe commence à peine à se remettre du confinement quasi-total imposé en mars pour endiguer la propagation du virus, tout signe de nouvelles restrictions pourrait inquiéter les investisseurs.

Pour l'opinion publique, la chose semble entendue. Selon un sondage publié dans le Spiegel, quatre Allemands sur cinq s'attendent à ce que de nouvelles mesures de confinement soient imposées, la moitié d'entre eux s'attendant même à ce que ces futures mesures soient plus sévères.

Lors d'une conférence de presse, le ministre allemand de la Santé, Jens Spahn, a indiqué que les autorités sanitaires étaient pour le moment en mesure de gérer l'accroissement des cas mais a souligné que la tendance était inquiétante.

Interrogé sur l'éventualité d'un reconfinement général, il a répondu que fermer de nouveau des magasins ne serait sans doute pas nécessaire. En revanche, a-t-il ajouté, si les bilans quotidiens continuent de gonfler, il faudra revoir le genre d'événements ou de célébrations autorisables.

Respecter les règles de distanciation physique est un bien "petit prix" à payer si on prend en compte l'impact de l'épidémie sur la société, a par ailleurs observé Jens Spahn.

"Je comprends que les gens en aient assez, mais ils devraient résister à l'idée trompeuse selon laquelle cette pandémie n'aurait jamais été si grave que cela", a-t-il dit.

(Thomas Escritt,; version française Camille Raynaud et Laura Marchioro, édité par Henri-Pierre André)