Téléchargez
notre application
Ouvrir

USA : Biden critique le projet de Trump de nommer un candidat à la Cour suprême

reuters.com  |   |  566  mots
Usa: biden critique le projet de trump de nommer un candidat a la cour supreme[reuters.com]
(Crédits : Mark Makela)

PHILADELPHIE/WASHINGTON (Reuters) - Le candidat démocrate à la présidence des Etats-Unis Joe Biden a exhorté dimanche les républicains du Sénat à ne pas voter pour un candidat nommé à la Cour suprême à l'approche de l'élection présidentielle du 3 novembre.

Le décès vendredi de Ruth Bader Ginsburg, figure de proue du camp progressiste à la Cour suprême des États-Unis, a ouvert une bataille pour sa succession qui chamboule la campagne électorale et pourrait bouleverser la société américaine.

Le président Donald Trump, candidat à sa réélection pour le camp républicain, a indiqué qu'il désignerait dans les prochains jours le juge qui succèdera à Ruth Bader Ginsburg.

Il a donné samedi les noms de deux femmes qu'il considère comme des choix possibles: Amy Coney Barrett et Barbara Lagoa qu'il avait déjà nommées comme juges dans des cours d'appel fédérales.

Une nouvelle nomination de Donald Trump à la Cour suprême, si elle était approuvée par le Sénat, serait l'occasion de porter sa majorité conservatrice à 6 juges contre 3.

"Les électeurs de ce pays devraient être entendus (...) ce sont eux qui, selon cette Constitution, devraient décider qui a le pouvoir de procéder à cette nomination", a déclaré Joe Biden lors d'un discours à Philadelphie, dénonçant un "exercice de pouvoir politique brut" de Donald Trump.

Joe Biden a déclaré qu'en cas de victoire lors de l'élection présidentielle du 3 novembre, il devrait avoir la possibilité de nommer le prochain juge de la Cour suprême.

L'ancien vice-président a rejeté l'idée de publier les noms des candidats potentiels, mais a réitéré sa promesse de nommer une femme afro-américaine à la Cour suprême, ce qui serait une première historique, s'il en avait l'occasion.

Le remplacement de Ginsburg nécessitera l'accord du Sénat, où les républicains disposent d'une majorité de 53 sièges sur 100. Le chef de la majorité républicaine, Mitch McConnell, a d'ores et déjà annoncé qu'il soumettrait au vote le nom de tout candidat présenté par Donald Trump.

Un procédé dénoncé par le camp démocrate qui rappelle qu'en 2016, le même Mitch McConnell avait bloqué le vote sur la nomination par les démocrates d'un juge à la Cour suprême, arguant qu'il était inapproprié de le faire en année électorale.

Deux élues au Sénat, membres du Parti républicain, se sont également publiquement opposées à un vote avant l'élection présidentielle.

"Je n'ai pas soutenu l'idée d'une nomination huit mois avant l'élection de 2016 pour combler la vacance créée par le décès du juge Scalia", a déclaré la sénatrice républicaine Lisa Murkowski dans un communiqué publié dimanche. "Nous sommes maintenant encore plus proches de l'élection de 2020 - à moins de deux mois - et je pense que la même norme doit s'appliquer", a-t-elle ajouté.

Samedi, la sénatrice Susan Collins avait exprimé des préoccupations similaires.

Selon un sondage Reuters/Ipsos, une majorité d'Américains, environ 62%, dont de nombreux républicains, ont déclaré qu'ils pensaient que le vainqueur de l'élection du 3 novembre devait pouvoir nommer un juge pour combler le poste vacant.

(Trevor Hunnicutt à Philadelphie et Susan Heavey à Washington, avec la contribution d'Andrew Chung et Sarah N. Lynch; Blandine Hénault pour la version française)