Téléchargez
notre application
Ouvrir

France : Manifestations pro-palestiniennes dans plusieurs villes, tensions à Paris

reuters.com  |   |  348  mots
Manifestation a paris : la police a utilise des canons a eau et des gaz lacrymogenes[reuters.com]
(Crédits : Benoit Tessier)

PARIS (Reuters) - Des rassemblements étaient organisés samedi dans plusieurs villes de France en soutien de la population palestinienne après un sixième jour de violences entre Israël et le Hamas tandis qu'à Paris des tensions ont éclaté entre les forces de l'ordre et des manifestants qui tentaient de braver l'interdiction de défiler.

Dans la capitale, où la manifestation avait été interdite par le préfet de police, des manifestants ont tenté de se rassembler au point de départ du défilé prévu dans le quartier de Barbès avant d'être systématiquement dispersés par les 4.200 policiers et gendarmes déployés.

Les forces de l'ordre ont fait usage de canons à eau et de gaz lacrymogène pour empêcher différents petits cortèges de se reformer dans les rues du nord de Paris.

A 19h00, elles avaient procédé à 44 interpellations, a annoncé la préfecture de police de Paris. Un gendarme a été blessé sur le boulevard Ornano, nécessitant l'intervention des pompiers de Paris qui évaluaient la gravité de son état.

Un tribunal administratif avait rejeté vendredi un recours contre l'interdiction de la manifestation qui avait été demandée par le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, en rappelant que des débordements s'étaient produits dans la capitale française lors d'un rassemblement de sympathisants de la cause palestinienne à l'été 2014.

Un recours a été déposé devant le Conseil d'Etat qui ne s'est pas encore prononcé.

Plusieurs organisations politiques et associations avaient appelé à des rassemblements pour soutenir la population palestinienne alors que des affrontements opposent depuis lundi dernier Israël et le Hamas.

Des centaines de personnes se sont rassemblées dans le calme dans plusieurs autres grandes villes, dont Lyon, Marseille, Nantes ou encore Toulouse.

La préfecture de police de Marseille a fait savoir qu'un rassemblement statique de 1.500 personnes avait été autorisé et que les forces de l'ordre avaient empêché plusieurs départs de manifestation sauvage.

(Gwénaëlle Barzic et Blandine Hénault, avec Michaela Cabrera et Marc Leras à Marseille)