Téléchargez
notre application
Ouvrir

Israël : Le nouveau gouvernement se met en place malgré Netanyahu

reuters.com  |   |  620  mots
Israel: le nouveau gouvernement se met en place malgre netanyahu[reuters.com]
(Crédits : Ronen Zvulun)

par Jeffrey Heller

JERUSALEM (Reuters) - Le Premier ministre israélien sortant Benjamin Netanyahu, évincé du pouvoir après y avoir passé 12 années sans discontinuer, a décidé lundi de bouder la cérémonie de passation avec son successeur, l'ultranationaliste Naftali Bennett, qui prend la tête d'une coalition hétéroclite.

La Knesset, le Parlement israélien, a validé dimanche le projet de gouvernement réunissant des partis de gauche, du centre, de droite et, pour la première fois dans l'histoire du pays, une formation représentant la minorité arabe, par 60 voix pour et 59 contre.

A Tel-Aviv, des milliers de personnes ont célébré la fin de l'ère Netanyahu, désormais dans l'opposition, au terme de quatre élections en deux ans, dont la dernière en mars, qui n'ont pas permis de dégager de majorité claire.

"Je suis ici pour célébrer la fin d'une époque en Israël", s'est réjoui sur la place Rabin Erez Biezuner.

"Nous voulons qu'ils réussissent et qu'ils nous rassemblent à nouveau", a-t-il ajouté, alors que d'autres partisans de la nouvelle coalition brandissaient des drapeaux, chantaient et dansaient autour de lui.

Benjamin Netanyahu, âgé de 71 ans et Premier ministre sans discontinuer depuis 2009, a assuré qu'il reviendrait bientôt au pouvoir.

"Si nous sommes destinés à aller dans l'opposition, nous irons la tête haute jusqu'à ce que l'on renverse la situation", a-t-il dit au Parlement avant que Naftali Bennett ne soit nommé Premier ministre. Cela arrivera "plus tôt que vous ne le pensez", a-t-il ajouté.

"AIGRE, GRINCHEUX"

Benjamin Netanyahu doit rencontrer ce lundi Naftali Bennett, qui a été durant une courte période son chef de cabinet avant que les relations entre les deux hommes ne s'enveniment, mais aucune cérémonie de passation de pouvoir au bureau du Premier ministre à Jérusalem n'est prévue.

En 1999, quand Benjamin Netanyahu a dû céder le pouvoir une première fois après trois ans de mandat, il avait tenu, un verre de vin à la main, des propos bienveillants envers son successeur, le travailliste Ehud Barak.

"Aigre, grincheux, pas majestueux, comme Trump jusqu'au bout", a commenté l'éditorialiste politique Yossi Verter, dans le journal de gauche Haaretz.

Prié de dire pourquoi aucune cérémonie n'était prévue, Topaz Luk, un proche de Benjamin Netanyahu, a déclaré que ce dernier était extrêmement motivé par l'envie de renverser le plus rapidement possible un gouvernement qu'il juge dangereux.

Topaz Luk n'a pas souhaité s'exprimer sur la stratégie de Benjamin Netanyahu mais a souligné la fragilité de la nouvelle coalition au Parlement. Il a ajouté que le nouveau gouvernement allait recevoir des notes des conseillers diplomatiques et de la sécurité de Benjamin Netanyahu afin d'assurer une transition ordonnée.

A l'issue de la première réunion du nouveau cabinet dimanche soir, le nouveau Premier ministre israélien a invité les membres de son gouvernement pour la traditionnelle photo à la résidence officielle du président Reuven Rivlin.

Naftali Bennett, âgé de 49 ans, est un millionnaire ayant fait fortune dans le secteur de la technologie.

Selon l'accord conclu entre les partis de la coalition, il devra céder sa place en 2023 au centriste Yair Lapid, un ancien présentateur de télévision âgé de 57 ans.

Le nouveau cabinet, aux orientations politiques disparates et surtout uni par l'envie d'évincer Benjamin Netanyahu, va s'employer à éviter les sujets qui fâchent, comme la politique d'Israël à l'égard des Palestiniens, en se concentrant sur les réformes domestiques.

Les Palestiniens estiment que le nouveau gouvernement va poursuivre la même politique que celle de Benjamin Netanyahu.

(Version française Claude Chendjou, édité par Bertrand Boucey)