Téléchargez
notre application
Ouvrir

Le marché de la dette à l'affût des résultats du RN aux régionales en France

reuters.com  |   |  557  mots
Le marche de la dette a l'affut des resultats du rn aux regionales en france[reuters.com]
(Crédits : Jean-Paul Pelissier)

par Yoruk Bahceli et Stefano Rebaudo

(Reuters) - Les investisseurs spécialisés dans les emprunts d'Etat, qui n'ont pas oublié les fluctuations des rendements de la dette française avant la présidentielle de 2017, vont surveiller les résultats du Rassemblement national (RN) aux élections régionales pour tenter d'évaluer la probabilité d'une victoire de Marine Le Pen dans la course à l'Elysée l'an prochain.

Les scrutins des 20 et 27 juin pourraient notamment permettre au RN de remporter la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, ce qui serait une première pour le parti d'extrême droite et favoriserait, aux yeux des politologues, la candidature de la présidente du parti pour la présidentielle.

En 2017, beaucoup d'analystes avaient expliqué la hausse des rendements des emprunts d'Etat de la zone euro entre autres par la volonté affichée de Marine Le Pen d'abandonner l'euro et de remettre en cause l'appartenance de la France à l'Union européenne.

Depuis, la cheffe de file du RN a modéré son euroscepticisme et ne milite plus pour l'abandon de la monnaie unique. Mais les investisseurs estiment que son opposition à une intégration plus étroite au sein de l'UE reste un handicap pour la dette française sur les marchés.

"Des clients nous font savoir qu'ils sont inquiets au sujet de la France et qu'ils sont moins intéressés par les OAT en ce moment", explique ainsi Jolien van den Ende, stratège taux d'ABN AMRO, en référence aux obligations du Trésor français.

Une victoire du RN dans une ou plusieurs régions le 27 juin risquerait de renforcer le malaise des investisseurs, estime Sebastian Paris Horvitz, directeur de la recherche de La Banque Postale Asset Management à Paris.

L'ÉCART AVEC L'ALLEMAGNE RISQUE DE SE CREUSER

Le rendement des OAT sur le marché secondaire, baromètre des coûts de financement de la dette publique, a augmenté de 53 points de base (0,53 point de pourcentage) depuis le début de cette année et l'écart avec celui du Bund allemand s'est creusé de 11 points de base.

Goldman Sachs estime que ce "spread" pourrait augmenter de 25 à 35 points de base d'ici à la présidentielle de mai 2022 et que ceux de l'Italie et de l'Espagne par rapport à l'Allemagne pourraient aussi se creuser de 20 à 30 points, comme en 2017.

Au vu de l'évolution du positionnement politique de Marine Le Pen sur l'Europe, la volatilité sur la dette française ne devrait pas être aussi élevée qu'en 2017, lorsque le spread franco-allemand avait culminé à près de 80 points de base.

Pour autant, Erjon Satko, stratège taux de BofA à Paris, explique que certains traders préoccupés par la popularité dégradée d'Emmanuel Macron dans les enquêtes d'opinion élaborent déjà des stratégies pour le scrutin présidentiel de l'an prochain.

Mike Riddell, gérant de fonds d'Allianz Global Investors, privilégie quant à lui la dette allemande au détriment de la française.

"Je dirais que les spreads n'intègrent pas pour l'instant ce risque (d'une victoire de Marine Le Pen en 2022)", dit-il.

"Il ne fait aucun doute que si Le Pen gagnait (...) cela provoquerait un choc de volatilité, pour la France en particulier mais pour la zone euro en général."

(Yoruk Bahceli à Amsterdam et Stefano Rebaudo à Milan, version française Marc Angrand, édité par Sophie Louet)