Téléchargez
notre application
Ouvrir

Von der Leyen doute d'un accord sur le pétrole russe lors du Conseil européen

reuters.com  |   |  339  mots
Von der leyen doute d'un accord sur le petrole russe lors du conseil europeen[reuters.com]
(Crédits : Arnd Wiegmann)

DAVOS, Suisse (Reuters) - Les chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union européenne ne parviendront vraisemblablement pas à un accord pour imposer un embargo sur le pétrole russe lors de la réunion extraordinaire du Conseil européen des 30 et 31 mai, a estimé mardi Ursula von der Leyen.

"Je ne pense pas que le sommet soit le bon endroit pour ce sujet", a déclaré à Reuters la présidente de la Commission européenne, en marge du Forum économique mondial de Davos, en Suisse.

Ursula von der Leyen a ajouté que les discussions avec les Etats membres étaient en cours.

La Commission européenne a proposé d'imposer progressivement un embargo sur le pétrole russe d'ici la fin de l'année pour la plupart des Etats membres, tout en accordant des délais pour certains Etats dont la Hongrie.

Dans un courrier adressé au Conseil européen, le Premier ministre hongrois, Viktor Orban, a indiqué que la réunion extraordinaire prévue la semaine prochaine ne devrait pas aborder le sujet de l'embargo sur le pétrole russe.

La Hongrie, l'allié le plus proche de Moscou au sein de l'UE, conditionne son abandon du pétrole brut russe au versement d'une compensation financière. Bruxelles a besoin que tous les États membres approuvent l'embargo pour pouvoir le mettre en œuvre.

Budapest estime qu'il lui faudrait plusieurs centaines de millions d'euros pour moderniser des infrastructures de pipeline et raffinage pour pouvoir se passer de pétrole russe, tandis qu'une modernisation complète de son réseau énergétique coûterait des milliards d'euros.

La nouvelle ministre française des Affaires étrangères, Catherine Colonna, s'est en revanche montrée plus optimiste quant à un accord des Vingt-Sept sur un sixième paquet de sanctions contre la Russie, incluant un embargo sur le pétrole russe.

Lors d'une conférence de presse à Berlin avec son homologue allemande, Annalena Baerbock, elle a estimé que les réticences seraient levées rapidement.

(Reportage Sabine Siebold et Jan Strupczewski, version française Matthieu Protard)

2 mn