Téléchargez
notre application
Ouvrir

Johnson assume "avec humilité" les faits dénoncés dans le rapport sur le "Partygate"

reuters.com  |   |  625  mots
Le rapport gray sur le partygate accablant pour boris johnson[reuters.com]
(Crédits : Itv News)

par Elizabeth Piper et William James

LONDRES (Reuters) - Boris Johnson a déclaré mercredi devant le parlement britannique assumer l'entière responsabilité des faits dénoncés dans le rapport sur le "Partygate", qui fustige le manque de leadership et de jugement dont a fait preuve le Premier ministre et qui a conduit à la tenue de plusieurs fêtes au 10, Downing Street en pleine période de confinement strict en raison de la pandémie de COVID-19.

"J'assume l'entière responsabilité de tout ce qui s'est passé sous ma responsabilité", a déclaré Boris Johnson à l'assemblée, ajoutant, sous les huées des députés de l'opposition, avoir "appris la leçon".

"Je voudrais rectifier les faits, saisir cette occasion, non pas pour me décharger de toute responsabilité, mais simplement pour expliquer pourquoi j'ai parlé comme je l'ai fait dans cette enceinte", a précisé le chef du gouvernement britannique, en guise d'excuses pour ses précédentes dénégations.

Dans son rapport intégral, dont Reuters a pu consulter une copie, la haute fonctionnaire Sue Gray revient en détail sur les rassemblements festifs qui se sont tenus en 2020 et début 2021, en violation des règles sanitaires en vigueur à l'époque, dans la résidence du chef du gouvernement.

Elle décrit comment pendant l'une de ses fêtes, en juin 2020, l'alcool a coulé à flot à Downing Street.

"L'évènement a duré plusieurs heures. Il y a eu une consommation excessive d'alcool par certaines personnes. Une personne a été malade. Il y a eu une altercation mineure entre deux autres personnes", égrène le rapport.

Lors d'une autre fête, en décembre 2020, un responsable du 10, Downing Street a envoyé un message aux invités pour leur conseiller de sortir par la porte de derrière en raison de l'état d'ébriété avancé de certains d'entre eux.

Tout en indiquant que Boris Johnson n'avait apparemment pas été informé à l'avance de la tenue de tous ces évènements, notamment la fête organisée pour son anniversaire le 19 juin 2020, Sue Gray fustige le manque de leadership et de jugement dont a fait preuve le chef du gouvernement, une conclusion qu'elle avait déjà rendu en janvier lors de la présentation d'une version expurgée de son rapport.

"Les hauts dirigeants au coeur (de cette affaire), tant au niveau politique qu'officiel, doivent assumer la responsabilité de cette culture", estime le rapport. "Beaucoup de ces évènements n'auraient pas dû être autorisés."

Pour cette raison, Sue Gray précise avoir décidé de ne citer les noms que des responsables les plus haut placés qui étaient au courant que des fêtes allaient avoir lieu, ou qui y ont assisté.

La publication de l'intégralité du rapport Gray accentue la pression sur Boris Johnson, deux jours après la parution dans la presse de nouvelles photos le montrant en train de boire lors d'une fête organisée dans sa résidence.

En janvier, le Premier ministre avait réussi à étouffer un début de rébellion dans les rangs des élus conservateurs, qui risquait de précipiter sa chute.

Mais Boris Johnson a depuis écopé d'une amende pour avoir autorisé la tenue de ces fêtes et en dépit de ses excuses devant le Parlement, ces nouvelles révélations vont saper encore davantage son autorité.

Les appels à la démission du Premier ministre ont repris de plus belle ces derniers jours, certains élus lui reprochant notamment d'avoir menti au Parlement, une question qui fait l'objet d'une autre enquête.

(Reportage Elizabeth Piper et William James, version française Laetitia Volga, Tangi Salaün et Augustin Turpin, édité par Jean-Michel Bélot et Kate Entringer)

3 mn