Lourde peine requise contre Patrick Balkany : sept ans de prison ferme

 |   |  711  mots
(Crédits : Reuters)
Le ministère public a requis jeudi sept ans de prison contre le maire de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), Patrick Balkany, jugé pour corruption passive et blanchiment de fraude fiscale, et quatre ans avec sursis contre son épouse Isabelle. Ils sont soupçonnés d'avoir caché 13 millions d'euros d'avoirs au fisc entre 2007 et 2014, notamment deux somptueuses villas, Pamplemousse aux Antilles et Dar Guycy à Marrakech.

Sept ans ferme, incarcération immédiate, dix ans d'inéligibilité et la confiscation de tous ses biens : le parquet national financier (PNF) a requis jeudi 13 juin une peine à la hauteur de "l'atteinte à la démocratie" du maire LR de Levallois-Perret Patrick Balkany, jugé à Paris pour blanchiment et corruption. « Beaucoup ont fait de cette affaire un symbole de l'impunité des puissants, de l'impuissance et de la lenteur de la justice en matière de grande délinquance économique et financière », a relevé le procureur Arnaud de Laguiche, lors d'un réquisitoire à deux voix avec Serge Roques.

Patrick Balkany et son épouse Isabelle sont accusés d'avoir constitué un important patrimoine immobilier, lui-même non déclaré, notamment aux Antilles et au Maroc, grâce au produit de cette fraude et un réseau de sociétés écran logées au Liechtenstein ou à Panama, et de comptes bancaires à l'étranger.

Les plaidoiries de la défense débutent lundi.

« On marche sur la tête », dit l'avocat de Balkany

Le baron des Hauts-de-Seine, qui a régulièrement grommelé pendant le réquisitoire, n'a fait aucun commentaire en sortant de la salle, se retranchant, pour une fois, derrière son avocat Eric Dupond-Moretti :

« On requiert contre cet homme, qui est peut-être aujourd'hui l'incarnation du mal absolu dans cette France qui devient puritaine, ce que parfois on ne requiert pas dans les crimes de sang ».

A l'encontre d'Isabelle Balkany, les procureurs ont requis quatre ans de prison avec sursis et 500.000 euros d'amende. Ils ont noté que la première adjointe du maire de Levallois, en convalescence après une tentative de suicide début mai, avait "reconnu une faute" dans une lettre lue par son avocat : l'achat non déclaré en 1997 de la villa Pamplemousse, avec des fonds familiaux cachés en Suisse.

La défense se déchire au sujet de la villa de Marrakech

Contrairement à la villa antillaise pour laquelle les enquêteurs ont démêlé un entrelacs de sociétés offshore et retrouvé le nom des Balkany, un épais nuage entoure la transaction marocaine de 2010. Le couple a toujours nié posséder le riad. Celui-ci est la propriété d'une SCI marocaine, Dar Guycy, elle-même détenue par une société panaméenne et dont le bénéficiaire déclaré est Jean-Pierre Aubry, ancien bras-droit de Patrick Balkany.

Les procureurs affirment que l'édile s'est fait offrir cette villa par un milliardaire saoudien en échange de délais de paiements dans un énorme contrat immobilier à Levallois, qui n'a finalement pas abouti. S'ils se sont parfois violemment opposés à l'audience, Patrick Balkany et Mohamed Al Jaber, le promoteur ayant réglé le prix officiel du riad, se sont accordés pour nier tout pacte de corruption.

Pour l'accusation, cette entente existe bien :

« Peu importe que le pacte de corruption n'ait pas été explicitement formulé » car il y a un « lien incontestable entre l'acquisition de la maison et le contrat immobilier de Levallois », a affirmé Serge Roques, égrenant une « chronologie éclairante » des versements du milliardaire précédant des délais accordés par la ville.

« Une corruption de cette ampleur, c'est la négation de la démocratie locale, une blessure, une atteinte à la démocratie tout court », a martelé Serge Roques: « aucune complaisance n'est possible ».

Des fidèles de Balkany également épinglés

Le PNF a requis quatre ans dont deux avec sursis et 150.000 euros d'amende contre le milliardaire saoudien, qui « a sciemment corrompu un élu de la République ». Pour les procureurs, « le pacte de corruption continue de lier les prévenus, tout aveu de l'un entraînerait la chute de l'autre ».

Contre Jean-Pierre Aubry, alors directeur général de la société d'aménagement de Levallois, « prête-nom jusqu'au sacrifice » pour son "maître" Patrick Balkany, le parquet a demandé trois ans dont un avec sursis et 150.000 euros d'amende. Les procureurs ont requis quatre ans dont deux avec sursis et une interdiction d'exercer contre l'avocat Arnaud Claude, "le pilote de l'opération" marocaine, "la direction intellectuelle et juridique".

Contre le fils Balkany, Alexandre, « entraîné dans cette aventure par ses parents » et poursuivi pour les avoir « couverts » en souscrivant des baux de location fictifs, le PNF a demandé 100.000 euros d'amende.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/06/2019 à 10:02 :
A Versailles, un jeune homme quasi SDF a été condamné à 6 mois de prison ferme pour le vol d'un sandwich au thon et de deux bouteilles de jus d'orange, le tout valant moins de cinq euros. Il était sous le coup d'un sursis.

Et pendant ce temps Benalla court toujours, d'après médiapart il aurait bénéficié des allocations chômage en plus d'une généreuse allocation d'un proche de Macron. Au passage on se demande comment une personne virée pour faute grave ait pu bénéficier des allocations.

Avec Belloubet la Fontaine reste d'actualité " Selon que vous serez puissant ou misérable Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir".
a écrit le 15/06/2019 à 7:52 :
Très bien, le mensonge est aussi sanctionné, il ne fera qu'un an vu son age, ce qui compte c'est qu'ils soient sanctionné financièrement aussi !
a écrit le 15/06/2019 à 4:54 :
On veut faire croire par cet epilogue que la justice a fait son oeuvre ? Depuis 30 ans les instances savaient ce qu'il se passait dans cette commune corrompue jusqu'a l'os.
Aujourd'hui le couperet tombe.
Combien de magouilleurs a ce jour passent entre les gouttes ?
Ce pays est en voie de decomposition avancee et le peuple applaudi.
Continuez ainsi....
Réponse de le 15/06/2019 à 7:54 :
et vous, avez vous magouillé aussi ?????
a écrit le 14/06/2019 à 15:44 :
Faible réquisition, 7 ans et 4 avec sursis... elle échappera à la prison et lui n'y restera que peu de temps. Exonération pour les élus voleurs. Comment s'étonner que cela devienne insupportable pour beaucoup.
Réponse de le 14/06/2019 à 17:19 :
C’est pourtant beaucoup plus que pour le ministre Cahuzac !
Réponse de le 14/06/2019 à 19:14 :
Réquisition n'est pas condamnation, il y a parfois un monde entre les deux.

Et puis la législation a été considérablement durcie par Hollande à la suite de l'affaire Cahuzac. On peut regretter que le procureur n'ait pas utilisé à plein les possibilités offertes par la nouvelle législation, comme l'inéligibilité à vie.

Dans ce sens, on peut estimer le réquisitoire comme plutôt modéré.
a écrit le 14/06/2019 à 13:34 :
Donc :
1 an de prison par 2 millions d'euros détournés . ça va donner des idées , une aussi faible condamanation !
a écrit le 14/06/2019 à 13:03 :
Franchement, il va vraiment faire de la prison ? Pour 2ans ferme et 2 avec sursis.
Je me demandais, si ces la même cellule que nous ?...ou le carré d'or de la prison avec service à l'anglaise et à la française !
a écrit le 14/06/2019 à 13:00 :
Il me semble que le Fisc insistait à réclamer les impôts des tués de Bataclan. Était-ce les morts qui avaient une dette envers l'état ou l'état qui avait une dette envers les morts ?
a écrit le 14/06/2019 à 12:20 :
pourquoi du sursit pour sa femme alors qu'ils sont comme cul et chemise dans la vie et tout le monde le sait ????? égalité homme/femme !
a écrit le 14/06/2019 à 11:46 :
Il faut parfois faire des exemples, cette fois ça tombe sur Les Balkany. Ils en ont bien profité et vu leur âge, la prison où la maison de retraite, ça ne changera pas grand chose.
Le plus intéressant dans l'histoire, c'est
a écrit le 14/06/2019 à 11:44 :
Il faut parfois faire des exemples, cette fois ça tombe sur Les Balkany. Ils en ont bien profité et vu leur âge, la prison où la maison de retraite, ça je changera pas grand chose
a écrit le 14/06/2019 à 10:25 :
"jugé pour corruption passive et blanchiment de fraude fiscale"

SI c'était uniquement pour ça ce serait particulièrement scandaleux puisque l'UE favorise l'évasion fiscale des mégas riches, en en faisant carrément un service officiel européen. Nos politiciens européens n'étant que ça des prestataires de services financiers que le tampon bruxellois transforme immédiatement en pratiques légales.

Mais c'est pas que pour ça...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :