Nouvelle aide publique à un groupe financier néerlandais

 |  | 377 mots
Lecture 2 min.
Le groupe de banque et d'assurance SNS Reaal va recevoir une injection de liquidités de 750 millions d'euros de l'Etat néerlandais dans le cadre d'une augmentation de capital de 1,25 milliard d'euros. En contrepartie, le gouvernement va prendre des parts dans le groupe et siègera au conseil de surveillance.

 Après avoir secouru ING et Aegon, l'Etat néerlandais va se porter au secours d'un autre groupe de banque et d'assurance, SNS Reaal. Ce dernier a annoncé ce jeudi qu'il allait bénéficier d'une augmentation de capital de 1,25 milliard d'euros, notamment grâce à une injection de 750 millions d'euros par l'Etat néerlandais afin d'augmenter sa solvabilité face à la crise.

Le reste des fonds, soit 500 millions d'euros, va être apporté par la fondation Stichting Beheer SNS Reaal, qui possède un peu plus de 50% du capital et qui avait déjà proposé au mois d'août une telle injection d'argent frais. Il faut dire qu'au troisième trimestre, le bancassureur a enregistré une perte nette de 88 millions d'euros.

Dans un communiqué, SNS Reaal explique que "dans le contexte actuel de marchés financiers extrêmement volatiles, SNS Reaal se concentre avant tout sur le renforcement de sa solvabilité", estimant que cette injection "offre de la sécurité aux clients" et "prouve notre engagement à maintenir notre profil de risque bas".

Dans le détail de l'opération, l'Etat va acquérir 750 millions d'euros en actions. La prise de participation se fait par le biais d'actions sans droit de vote, avec un rendement garanti d'au moins 8,5%. L'Etat néerlandais pourra nommer deux membres du conseil de surveillance, qui auront leur mot à dire sur la comptabilité et la politique de rémunération de l'entreprise.

D'ailleurs, le groupe a d'ores et déjà annoncé que "tous les membres du conseil de direction de SNS Reaal ont décidé de renoncer à leurs primes pour 2008". Les primes de départ seront également "réduites à une fois le salaire annuel fixe au maximum". En échange de ces injections de capital, le groupe a par ailleurs annoncé qu'il ne distribuera pas de dividende final en 2008.

Parallèllement à cette annonce, la Commission européenne a annoncé ce jeudi qu'elle autorisait la recapitalisation par l'Etat néerlandais du bancassureur ING, touché par la crise financière. L'injection de capital, d'un montant de 10 milliards d'euros, avait été annoncée le 19 octobre dernier. Cette aide d'urgence "constitue un moyen adéquat de remédier à une perturbation grave de l'économie néerlandaise tout en évitant des distorsions excessives de la concurrence", estime la Commission dans son communiqué.

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :