Frais bancaires : vous allez payer 194 euros en 2018

Par Delphine Cuny  |   |  774  mots
C'est la troisième hausse consécutive mais elle sera beaucoup plus modérée. Ce sont les frais de tenue de compte qui ont le plus progressé, ayant quasi triplé en cinq ans. (Crédits : Panorabanques)
Sur fond de concurrence accrue, la hausse sera modérée l’an prochain : seulement +0,25% en moyenne selon une étude du comparateur Panorabanques. Il faut en revanche surveiller les frais de sortie, quand on veut transférer ses comptes d'épargne, qui flambent.

La concurrence de nouveaux entrants comme les néobanques 100% et Orange Bank aurait-elle dissuadé les acteurs établis de saler davantage la facture ? C'est l'explication la plus probable, plus que les effets somme toute limités de la loi Macron sur la mobilité bancaire entrée en vigueur en février, de la hausse modérée des frais bancaires en 2018 : la facture annuelle moyenne devrait croître de 0,25% l'an prochain à 194,30 euros, après +1,7% en 2047 et +2,3% en 2016, selon une étude du comparateur de tarifs Panorabanques. C'est cependant la troisième hausse consécutive, après deux années de baisse dues au plafonnement réglementaire des commissions d'intervention (en cas d'incident de paiement). Le ministère de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire a d'ailleurs demandé un état des lieux des frais excessifs en cas d'incident, à la suite d'une enquête du magazine « 60 Millions de consommateurs » et de l'Unaf.

Les frais de tenue de compte, les plus visibles, sont aussi ceux qui augmentent le plus : ils ont presque quintuplé en cinq ans, passant de 6,60 euros en 2013 à 18,50 euros en 2018 (+2,2% par rapport à cette année). Près de 9 Français sur 10 sont dans une banque facturant ce type de frais, qui s'élèvent en réalité en moyenne à 21,60 euros.  Seules 19 banques n'en facturent pas (7 caisses du Crédit Agricole, LCL, le Crédit coopératif, les banques en ligne).

« Les taux d'intérêt bas ont bénéficié aux Français mais ils ont pesé sur la rentabilité des banques. Depuis quelques années, pour préserver leur rentabilité, elles ont fortement augmenté leurs tarifs » souligne Guillaume Clavel, le fondateur de Panorabanques.

Frais de transfert de PEL ou PEA

Parmi les tarifs qui augmentent le plus se trouvent les frais de transfert d'un compte d'une banque à une autre, notamment dans le cadre d'une mobilité bancaire, gratuite pour le compte courant : les frais de transfert d'un PEL grimpent de 9% en 2018, passant de 74,40 euros à 81 euros, et de 10% quand il s'agit d'un PEA, de 142 euros à 155,90 euros en moyenne. Le comparateur remarque qu'il est possible de négocier avec sa nouvelle banque pour qu'elle prenne en charge ces frais.

La carte bancaire représente un tiers de la facture totale, à 64,40 euros par an en moyenne (en hausse de 0,9% l'an prochain). « Sur la période 2013-2018, les cotisations des cartes bancaires ont augmenté de 5,4%, soit deux fois plus vite que l'inflation » note l'étude. L'écart de prix entre les cartes à débit immédiat, les plus répandues, facturées en moyenne 41 euros, et celles à débit différé (43 euros), qui offrent pourtant un service supplémentaire, tend à se réduire (seulement 4%) et s'inverse même chez certaines banques.

« Globalement, la cotisation des cartes à débit immédiat augmente alors que celle des cartes à débit différé baisse car la commission d'inter-change (reversée par la banque du commerçant à la banque du client) est nettement supérieure pour les cartes à débit différé (0,30%) que pour les cartes à débit immédiat (0,20%). Ce n'est pas un coût pour le client mais c'est un revenu additionnel pour sa banque qui cherche donc à rendre la carte à débit différé plus attractive » relève Guillaume Clavel.

Les frais de découvert, qui représentent 30% du total de la facture, sont stables, à 60,20 euros en moyenne. Les banques en ligne ne facturent pas de commissions d'intervention, alignées sur les 8 euros réglementaires dans les autres établissements, La Banque Postale étant la seule en deçà (6,90 euros).

A l'heure des vagues de fermeture d'agences et des grands plans de transformation digitale, on pourra s'étonner que des banques (30 tout de même, contre 49 en 2015) facturent encore des frais d'abonnement à la gestion des comptes en ligne, en moyenne de 19,40 euros par an.

Revers de la médaille de ce virage numérique, les banques ont tendance à faire grimper les prix des opérations réalisées en agences, où les virements occasionnels augmentent de 5,3% (4 euros). Les frais d'inactivité, pratiqués aussi par certaines néobanques comme N26 et Orange Bank, sont en hausse de 4%, à 29,40 euros en moyenne en 2018, les banques s'alignant presque toutes sur le plafond légal de 30 euros.

Le comparateur en ligne a analysé l'évolution des tarifs de 158 banques de France métropolitaine, représentant « plus de 95% de part de marché », en passant au crible 196 lignes tarifaires et 348 « packages. » Cependant, l'étude part d'un profil de « Français moyen » représentant un échantillon assez restreint : les moins de 18 ans et, plus surprenant, les 50 ans et plus ont été exclus « pour garantir une représentativité nationale » car ils étaient « en nombre insuffisant », cela fait plus de 60% de la population...