L'activité de marchés dope les bénéfices de la BNP

 |   |  392  mots
La banque de la rue d'Antin a fait mieux que ses homologues européennes sur les marchés d'après les analystes de Jefferies.
La banque de la rue d'Antin a fait mieux que ses homologues européennes sur les marchés d'après les analystes de Jefferies. (Crédits : GONZALO FUENTES)
Première banque française à publier ses résultats du premier trimestre, la BNP a profité du rebond du trading, en particulier sur les marchés obligataires. La banque de détail continue de souffrir des taux bas. L'action prend 0,5% et a gagné 45% en un an.

Après avoir un peu déçu à la publication de ses résultats annuels, BNP Paribas a largement dépassé les attentes au premier trimestre. Première banque française à publier ses résultats trimestriels, l'établissement bicentenaire de la rue d'Antin a fait état d'un bénéfice net en hausse de 4,4% à 1,89 milliard d'euros, bien supérieur au consensus. Son produit net bancaire a progressé de 4,2% à 11,297 milliards d'euros. L'action BNP réagit bien mercredi matin, prenant 0,4%. Sur un an, elle a gagné 45%.

 « BNP Paribas réalise une très bonne performance ce trimestre. Les revenus des pôles opérationnels sont en hausse sensible grâce à la bonne croissance de l'activité », s'est félicité Jean-Laurent Bonnafé, le directeur général, dans un communiqué.

Effet Trump sur les marchés

Ces bonnes performances proviennent de « l'effet Trump » sur les marchés, qui s'est vu aussi dans les résultats des grandes banques américaines (sauf Goldman Sachs). Le bénéfice du pôle de banque d'investissement et de financement (CIB) a bondi de 93% à 778 millions d'euros, en partie en raison de reprise de provisions, pour des revenus en hausse de 20%. Sur les marchés obligataires, changes et matières premières, les revenus ont grimpé de 31,9%, sur les marchés d'actions et de dérivés de 35,5%.

« Performance moyenne dans les actions, solide dans les "securities" [autres titres, Ndlr]. BNP, dans l'ensemble, a fait mieux que ses homologues européens », commentent les analystes de Jefferies dans une note.

La banque de détail souffre encore des taux bas

Dans sa division de "marchés domestiques" (banque de détail en France, Belgique, Luxembourg, etc), le produit net bancaire est en léger recul (-0,3%), souffrant de l'environnement de taux bas qui pèse sur les marges d'intérêt. Le résultat brut d'exploitation recule de 6,4%. Cependant, les encours de crédit sont à la hausse (+5,2%) et les dépôts augmentent (+8%). En France, la banque rappelle avoir signé l'acquisition de 95% du capital de la Financière des paiements électroniques, qui est derrière la success-story du Compte Nickel.

« Le métier poursuit par ailleurs le développement du digital avec le bon développement de Hello Bank! qui compte déjà 302.000 clients (+17% par rapport au 31 mars 2016) et le lancement du paiement mobile sans contact de Paylib », souligne BNP dans son communiqué.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :