Comment PAI Partners veut reconquérir les investisseurs

De la cession de Yoplait à l'acquisition de Swissport, Lionel Zinsou et Michel Paris, respectivement PDG et président du comité d'investissement de PAI Partners, détaillent la stratégie du fonds.
Copyright Reuters
Copyright Reuters

PAI Partners poursuit son travail pour rassurer sur sa santé. Fragilisé par un conflit avec certains de ses investisseurs fin 2009, au terme duquel son cinquième véhicule avait été réduit de moitié, le fonds redouble d'activité depuis la rentrée pour montrer sa capacité à signer de bonnes opérations, à l'achat comme à la vente. En témoignent les cessions en cours de deux pépites de son portefeuille, Yoplait et United Biscuits, propriétaire des marques BN et Delacre. Au rang des acquisitions, deux opérations ont été signées ces deux dernières semaines: le rachat du spécialiste de l'assistance aéroportuaire Swissport pour 654 millions d'euros et celui de Nuance, l'un des leaders du "duty free" (106 millions).

"Ce sont deux opérations représentatives de la stratégie de PAI : repérées très en amont, tournées vers l'international et comportant des perspectives de développement industriel fortes", explique Michel Paris, président du comité d'investissement de PAI. Après ces deux transactions, le fonds dispose encore de 1,2 milliard d'euros, sur 2,7 milliards. Une fois cette somme investie, il repartira à la rencontre de ses investisseurs pour collecter de nouveaux capitaux, certainement début 2012. Son historique d'investissements sera alors déterminant. C'est la raison pour laquelle PAI joue gros actuellement avec la cession de Yoplait, dont il détient 50% aux côtés de Sodiaal.

Vendre United Biscuits

En 2002, PAI avait investi 70 millions d'euros pour prendre 50% du capital de la société, aux côtés de la coopérative Sodiaal. Aujourd'hui, Yoplait est valorisée entre 1 et 1,2 milliards d'euros. Reste à connaître l'identité de l'acheteur. "Un fonds d'investissement peut assurer la poursuite du développement de Yoplait car la société est capable d'autofinancer sa croissance. Si c'est un industriel qui l'emporte, deux logiques sont possibles: soit il s'agit d'un européen, qui cherchera à réaliser des synergies, avec une logique de création d'une position de leader ; soit il s'agit d'un acteur provenant d'un autre continent, dont l'objectif sera plutôt d'ajouter une marque et des savoir-faire à son portefeuille et de développer Yoplait sur les marchés émergents", souligne Lionel Zinsou, PDG de PAI. Figurent sur la liste des prétendants Nestlé, Lactalis PespsiCo, Parmalat et des fonds de LBO. L'américain General Mills, principal franchisé de Yoplait, est également sur les rangs. "Une chose est certaine, Yoplait représente un fort enjeu pour eux, puisqu'ils fabriquent à eux seuls plus de produits sous cette marque que Yoplait lui-même. Ils étaient candidats lorsque nous avons acquis 50 % du capital en 2002, on peut concevoir qu'ils le soient de nouveau", poursuit le dirigeant. Quant à Sodiaal, propriétaire de 50% du capital, "il est probable qu'elle laissera le nouvel actionnaire contrôler Yoplait".

En parallèle, PAI cherche à vendre United Biscuits, qu'il détient avec Blackstone. Les négociations entamées avec le chinois Bright Food « se déroulent selon le calendrier prévu », assure Lionel Zinsou, coupant court aux rumeurs d'abandon des discussions.

Aucun mouvement, en revanche, n'est à attendre du côté d'Atos : "Les dix-huit mois écoulés depuis notre entrée au capital ont démontré que l'équipe de direction que nous avons contribué à mettre en place était la bonne pour gérer le groupe. Les grands savoir-faire d'Atos ont été remis au coeur du développement. Toutefois, nous ne sommes pas au bout du chemin. Nous resterons donc encore plusieurs années au capital d'Atos", affirme Michel Paris.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.