Opel : décision préliminaire attendue, une quatrième offre soumise

 |   |  311  mots
Le chinois BAIC a soumis une offre pour racheter la filiale européenne de General Motors. Une décision préliminaire était attendue ce mercredi mais les discussions pourraient se prolonger au-délà avec un ou plusieurs candidats.

La piste chinoise se confirme pour Opel. Le constructeur automobile Beijing Automotive Industry Corp (BAIC) a décidé de soumettre une offre sur la filiale européenne de General Motors, a indiqué mardi une source proche du groupe. Il s'agit de la quatrième offre, après celles déjà soumises par l'italien Fiat, l'équipementier canadien Magna et le fonds d'investissement américain RJH. Cette offre garantit le maintien des sites allemands, au moins pendant deux ans, et aucune suppression de postes outre-Rhin.

Une décision préliminaire devait intervenir ce mercredi. Toutefois, les discussions avec un ou plusieurs candidats pourraient se poursuivre au-delà de cette première décision alors que "des améliorations sont encore nécessaires", a indiqué Karl-Theodor zu Guttenberg, le ministre allemand de l'Economie. Notamment en terme d'emplois et de remboursement des aides publiques. Si le gouvernement allemand ne prendra pas de décision finale, il s'est fortement impliqué dans ce dossier, devenu un enjeu politique outre-Rhin, à quatre mois des élections législatives.

Se sentant certainement distancé par Magna, Fiat a fait d'importantes concessions pour tenter de convaincre les autorités allemandes. Sur les 10.000 suppressions d'emplois que le groupe italien compte effectuer, seulement 2.000 concerneront des salariés allemands. Et Fiat aurait promis de rembourser les 6 milliards d'euros de garanties sur des crédits qu'il demande à Berlin dans les quatre prochaines années, selon le quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung.

De son côté, l'équipementier Magna, qui pourrait s'associer avec le constructeur russe GAZ pour construire des voitures propres, doit également revoir sa copie alors qu'il prévoit de supprimer 2.200 postes sur la seule usine de Bochum (ouest de l'Allemagne). Le groupe a la faveur des pronostics: il serait la piste privilégiée par les autorités allemandes, par General Motors, qui ne souhaite pas faire renforcer un concurrent direct, et par les syndicats d'Opel.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :