PSA affiche un bon trimestre, malgré de nombreuses ombres au tableau

Par Nabil Bourassi  |   |  404  mots
Carlos Tavares conduit avec succès son plan Back in the Race qui doit restaurer la rentabilité des activités du groupe. (Crédits : reuters.com)
Le constructeur automobile français affiche un chiffre d'affaires en hausse de 3,2% à 12,4 milliards d'euros sur le trimestre. Le groupe est néanmoins en difficulté sur l'ensemble de ses marchés soumis à de fortes turbulences...

PSA poursuit son redressement. C'est le message que le constructeur automobile français souhaite délivrer ce lundi 26 octobre avec la publication du chiffre d'affaires du troisième trimestre. Les recettes du groupe enregistrent une hausse de 3,2% à 12,4 milliards d'euros. La branche automobile hors-coentreprises chinoises affiche une hausse de 1%.

La rentabilité d'abord

Pour le groupe, l'essentiel est d'inscrire les ventes en hausse. Après tout, le plan "Back in the Race" n'a pas vocation à mettre le turbo sur les volumes de vente mais de rétablir la rentabilité des activités du groupe, ce dont il n'est pas question dans cette publication.

Il n'empêche que les chiffres publiés laissent poindre quelques nuages dans le ciel de PSA. Les ventes en Asie du Sud-Est et Chine s'inscrivent en baisse de 17% sur le trimestre. Il s'agit là d'un net basculement à la baisse puisqu'en cumulé, la baisse n'est que de 4,4%. On savait le marché chinois très difficile depuis le début de l'année, mais PSA avait plutôt bien résisté jusque-là, comparé à d'autres marques étrangères.

Lire aussi:  En Chine, Peugeot au zénith, Citroën flanche

Dans toutes les régions du monde, le groupe est en difficulté sur ce trimestre. En Amérique Latine, les immatriculations baissent de 23%, de 45% en Eurasie, de 7% au Moyen-Orient/Afrique et de 24% en Inde/Pacifique.

L'Europe à la veille d'un ralentissement

Quant à l'Europe, si les ventes ont accéléré leur hausse sur trois mois (+6,1%, contre une hausse de 3,8% sur 9 mois), elles restent toutefois inférieures à la performance du marché (+8,8% sur 9 mois). Par ailleurs, les analystes s'attendent à un réajustement de la progression du marché en 2016.

L'après-Back in the Race est très attendu

Mais le groupe reste optimiste et garde le cap des objectifs de rentabilité définis par Carlos Tavares. Ainsi, les stocks sont en baisse de 11.000 unités (y compris dans le réseau), et le groupe continue à bénéficier d'effets-prix favorables (les acheteurs choisissent des options et finitions plus chers). Le groupe confirme l'objectif d'un free cash-flow de 2 milliards d'euros entre 2015 et 2017 et d'une marge opérationnelle de 2% sur la division automobile en 2018 et de 5% sur la période 2019-2023. Avant cela, il sera temps pour Carlos Tavares de présenter l'étape suivante de son plan de reconquête qui aura pour but de repasser à l'offensive sur les volumes de ventes, en espérant que le marché chinois se reprenne...