Renault rêve de supplanter PSA en Iran

 |   |  418  mots
Le Duster s'est montré un efficace produit de conquête des pays émergents pour Renault.
Le Duster s'est montré un efficace produit de conquête des pays émergents pour Renault. (Crédits : <small>Grp Renault</small>)
Le groupe dirigé par Carlos Ghosn semble avoir réuni de nombreux atouts pour partir à la conquête du juteux marché iranien. De son côté, PSA déplore des négociations qui n'avancent pas avec ses partenaires locaux. Par ailleurs, il devra également trouver une parade au Duster, redoutable outil de conquête de Renault dans les pays émergents...

PSA n'est pas en odeur de sainteté dans la république islamique d'Iran. Son forfait : avoir quitté le navire dès le début des sanctions en 2012. Carlos Tavares, patron du constructeur automobile français, a admis que les négociations étaient compliquées avec Iran Khodro, son ancien partenaire local.

PSA rêve de retrouver ses 400.000 immatriculations par an

Pourtant, le groupe français fonde de nombreux espoirs sur ce marché au fort potentiel. Avec 80 millions d'habitants et seulement 10% des ménages équipés d'une voiture, l'Iran pourrait bien être le plus important débouché de la région. Des études ont estimé le marché automobile iranien à 2 millions d'immatriculations par an. PSA rêve de reprendre ses positions d'antan, à savoir 400.000 immatriculations par an.

Mais, d'après Reuters, le groupe pourrait être mis en difficulté par Renault qui affiche de fortes ambitions. Le groupe emmené par Carlos Ghosn vise rien de moins que la première place du podium, alors qu'il ne vendait que 100.000 voitures par an avant les sanctions. De plus, Renault est plus en vue par les autorités puisqu'il n'a quitté le pays qu'en 2013 en laissant derrière lui 560 millions de dollars séquestrés dans le pays.

Le Duster, redoutable outil de conquête pour Renault

Mais c'est probablement sur l'aspect commercial que Renault dispose d'une réelle avance sur son compatriote mais néanmoins rival. Avec son catalogue de voitures à bas coûts, Renault détient une véritable force de frappe pour les pays émergents. Le Duster pourrait être le porte-étendard de l'offensive commerciale de la marque au losange. Ce SUV (4X4 urbain) a déjà démontré son efficacité sur différents marchés émergents comme l'Inde ou l'Amérique latine. La Logan, la Sandero et bientôt peut-être le Kwid viendront également étoffer l'offre de Renault.

De son côté, Peugeot ne dispose que d'une offre très limitée sur l'entrée de gamme. D'ailleurs, le groupe refuse la dénomination low cost pour la 301, la voiture pensée pour les pays émergents. De plus, la marque était connue en Iran pour des 206 et des 405... Cette fois, il serait question de commercialiser les modèles les plus récents. PSA songe même à ouvrir une coentreprise qui fabriquerait les voitures sur place, alors qu'il ne faisait qu'assembler ses modèles par son partenaire local.

Cité par Reuters, le cabinet IHS estime qu'à horizon 2020, Renault détiendra 12% de parts de marché, contre un peu moins de 10% pour PSA.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :