Automobile : PSA et Renault profitent peu de l'embellie européenne

 |   |  262  mots
Volkswagen reste le numéro 1 des ventes et s'arroge 23,3% des parts de marché.
Volkswagen reste le numéro 1 des ventes et s'arroge 23,3% des parts de marché. (Crédits : © Benoit Tessier / Reuters)
Les immatriculations ont augmenté de 9,8% en septembre dans l'Union européenne. Renault et PSA Peugeot Citroën, qui enregistrent une croissance de 4,9% chacun, ont perdu des parts de marché.

Le marché automobile de l'Union européenne a confirmé sa vigueur en septembre. Le nombre d'immatriculations a augmenté de 9,8%, selon les chiffres officiels publiés vendredi 16 octobre par l'Association des constructeurs européens d'automobiles (ACEA). Et sur les neuf premiers mois de l'année, la progression du nombre de véhicules mis en circulation grimpe à 8,8%.

Au total, 1,36 million de voitures neuves ont été mises en circulation sur les routes de l'UE le mois dernier. Sur les neuf premiers mois de l'année, ce chiffre atteint 10,41 millions d'unités, a noté l'ACEA. Cela est toutefois "encore loin du niveau d'avant-crise de près de 12 millions observé lors de la même période de 2007", rappelle l'organisation.

Nouvelles pertes de parts de marché pour PSA et Renault

Renault et PSA Peugeot Citroën n'ont que partiellement profité de la tendance, progressant chacun de 4,9% le mois dernier.

Déjà au mois d'août, les deux constructeurs français avait connu des hausses respectives de 10,3% et 9,6%, alors que la marché européen progressait de 11,5%

Le groupe Volkswagen champion des ventes

A noter que pour le groupe Volkswagen, d'éventuelles conséquences commerciales du scandale des diesels truqués n'étaient pas visibles dans ces statistiques de l'Association des constructeurs européens d'automobiles (ACEA) prenant en compte les livraisons.

En septembre en effet, le géant allemand est resté de loin le champion des ventes dans l'UE, s'arrogeant 23,3% des parts de marché, même s'il a réalisé une performance un peu inférieure à l'orientation générale, avec une progression de 8,4% par rapport à septembre 2014.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/10/2015 à 20:36 :
Hélas, la bérésina se prépare pour VW, les ventes de septembre ne comptabilisant pas les conséquences de la détection de la tricherie des fumeuses émissions des véhicules du groupe. L'injonction faite aujourd' hui par le KBA en Allemagne de rappeler 2.4 millions de véhicules concernés ne laisse aucune chance à VW qui souhaitait que les clients viennent ou pas !. On sent bien que s' ils étaient restés à la maison, la fraude aurait pu compter pour du beurre mais là pas d'échappatoire, il faut traiter TOUS les véhicules et à un rythme et un coût qui ne sera à l'évidence pas le même. L'action chute encore ces soir, les ventes mondiales perdent 1.5 % encore en septembre, rien ne va plus, vendez.. sauf les voitures du groupe incriminées devenues elles invendables en l' état. Le pire est à venir, accrochez-vous car ça va planter...
a écrit le 16/10/2015 à 18:43 :
Dans les prochains mois, ce sera comme avant,

sauf que la diésellitude va engendrer un replis très net des ventes de diésel et une croissance des moteurs essence ;

Dans cette mutation, Renault et PSA seront à la ramasse, leurs capacités industrielles en moteurs essence sont très faibles voir obsolètes et ils ne peuvent pas proposer un choix de moteurs performants en essence ;

Dans la foulée, Mercedes va aussi connaître quelques difficultés avec les anciennes générations de moteurs Dacia by Renault qui équipent aussi les Mercedes pas class A, B et C. Les valeurs occasion de ces modèles A B et C vont s'écrouler.
Réponse de le 16/10/2015 à 20:50 :
Le problème VW c'est bien la tricherie installée et dont on sent bien les conséquences sur les mois qui viennent. Le groupe perdait déjà naturellement du terrain au plan des ventes mondiales sur l' année, fiabilité catastrophique, modèles chers et inadaptés tandis que le scandales des émissions truquées génère des coûts terribles à venir et surtout encore non mesurables.. VW a certainement mangé son pain blanc, l'arrogance teutonne pâtit de ces tricheries, la confiance se lézarde et on lit ce soir la démission du boss Amérique Winfried Walhand qui choisit de quitter le navire... L' agressivité commerciale de VW Europe a du plomb, il faudra y renoncer pour payer les pots cassés induits par cette fâcheuse deutsche Qualität ..!
Réponse de le 17/10/2015 à 23:32 :
PSA propose déjà une gamme de 3 cylindres essence (1.0 et 1.2, de 68 à 130 chevaux) modernes avec des lignes de fabrication récemment installées à Trémery et Douvrin. Le moteur PureTech 130 chevaux a d'ailleurs été élu meilleur moteur de sa catégorie.
a écrit le 16/10/2015 à 16:54 :
le groupe VW risque de perdre des parts de marchés les prochains mois ce qui devrait profiter aux constructeurs français (Renault et PSA)
Si on veut faire baisser le chômage en France, faut acheter français prioritairement.
a écrit le 16/10/2015 à 16:05 :
Sur les 9 mois tous les grands constructeurs généralistes reculent d'à peu près du même chiffre, VW passe de 25,2 à 24,9 ce qui reste énorme. Si les petits constructeurs grapillent ici ou là quelques dixièmes de points, ce sont essentiellement les géants du luxe se "généralisant" qui tirent le meilleur. On voit ainsi BMW en pointe avec le plus gros gain et Daimler et ses mouvelles petites voitures "Renault" qui désabillent ainsi Opel en perte de vitesse. Mais le grand gagnant est encore Nissan qui bondit avec une production de plus en plus prisée, en se plaçant en Europe désormais à l'équivalent de Toyota. Pour sa part FCA-Chrysler se regorge un peu de cette alliance récente avant probablement de rejoindre GM-Opel dans un second deal à venir. Cet effet de ratissage va certainement continuer Opel parce sans moyens et VW parce que trop gros vont céder des points repris par les autres constructeurs allemands tandis que Nissan plume les japonais qui existent encore. Les deux constructeurs français s'appuient sur leur internationalisation et les différentes alliances prises pour se maintenir. L'accent pour eux est clairement mis sur la montée en gamme. Une performance mesurée mais positive pour l'industrie française qui prépare (on le voit avec la vente aux canadiens de Montupet) le passage à la voiture électrique ou hybride. Compte tenu des éléments contraires, c'est bien là une performance.
a écrit le 16/10/2015 à 15:52 :
VW = DAS TRICHEUR !!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :