Combien la Grippe A a vraiment coûté à l'Etat

Stratégie ambitieuse, décisions prises trop rapidement, mauvaise communication et coût élevé : dans son rapport annuel, la Cour des Comptes critique largement la gestion de la pandémie grippale de 2009-2010. Au total, elle aura coûté 662,6 millions d'euros selon les Sages, au lieu des 510 millions indiqués par le ministre de la Santé.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)

Les détracteurs de la gestion gouvernementale de la grippe A ne l'avait pas attendu pour s'en persuader. Mais le rapport annuel de la Cour des Comptes, publié ce mardi, pointe en détails les dysfonctionnements intervenus en 2009-2010 en matière de stratégie vaccinale.

La campagne s'est révéle "coûteuse au regard des résultats obtenus" souligne le rapport. Elle s'est élevée à 662,6 millions d'euros, "montant nettement supérieur aux 510 millions annoncés par le Ministre de la Santé lors de son audition par la Commisqion d'enquête de l'Assemblée nationale". Les coûts liés aux vaccins ont représenté plus de la moitié de ces dépenses (57 %), qu'il s'agisse de l'achat des doses ou de l'indemnisation des laboratoires à la suite des annulations de commandes intervenues début 2010.

Par personne vaccinée, le coût de la campagne contre la grippe A a été "particulièrement élevé", à 110 euros. Et ce d'autant que seuls 9 % de la population s'est faite vacciner (6 millions de personnes) alors que des doses avaient été prévues pour 78 % des Français. On peut toutefois noter que cette situation se retrouve au Royaume-Uni (8 % de vaccinés pour 106 % de taux de couverture).

Parmi les autres griefs de la Cour des Comptes, on trouve pêle-mêle : le cadre trop "rigide" du plan de pandémie grippale, l'absence de "stratégie de repli" pour les commandes de doses faites aux laboratoires pharmaceutiques, des outils de gestion de crise insuffisants, une organisation "dispendieuse" avec l'ouverture de centres de vaccination au lieu du recours aux médecins de ville, et des contrats de vaccins mal négociés.

Le rapport précise par exemple que "le laboratoire GSK a présenté une offre de réservation de vaccins à laquelle les autorités devaient répondre en quelques jours, sans [...] expertise sanitaire solide".

90% des vaccins achetés inutilement

Au final, à peine plus de 10 % des vaccins initialement commandés par le gouvernement (10,2 millions de doses) "sont susceptibles d'avoir servi dans le cadre de la vaccination" indique le rapport.

Les Sages soulignent cependant qu'il est toujours facile de refaire l'histoire à posteriori. "La restitution de ces décisions dans leur contexte et les comparaison entre Etats conduisent à modérer" les critiques vis-à-vis de la France, une campagne vaccinale de ce type constituant une "première" dans le pays.

Pour l'avenir, la Cour des Comptes recommande de "réviser le plan pandémie grippale" en y introduisant "un volet financier et budgétaire". elle préconise aussi de n'exclure a priori ni les hôpitaux ni les médecins et de repenser la communication gouvernementale sur la campagne de vaccination. Enfin, elle suggère "d'organiser une coordination européenne pour renforcer la position des Etats dans la négociation des contrats d'achats de vaccins".

 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.