La Française des Jeux pourrait être privatisée en novembre

 |   |  341  mots
(Crédits : Benoit Tessier)
Bruno Le Maire a annoncé dimanche que la société de jeux de grattage serait privatisée avant la fin de l'année, probablement en novembre. Conformément à la loi Pacte, l'Etat va procéder à une série de privatisations dont Aéroports de Paris qui se heurte actuellement à une mobilisation pour obtenir un référendum.

La privatisation de la Française des jeux (FDJ) pourrait débuter dès le mois de novembre, a affirmé dimanche le ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire, interrogé sur le sujet lors de l'émission le Grand Rendez-vous.

"Notre volonté est que la FDJ puisse être privatisée d'ici à la fin de l'année, sans doute avant la fin du mois de novembre, sauf chute des marchés d'ici là. Courant novembre, les particuliers pourront acheter des titres", a déclaré M. Le Maire, lors de l'émission d'Europe 1-CNews-Les Echos.

"Nous réfléchissons à des possibilités de décote sur le prix de l'action. Je souhaite que les Français y participent le plus largement possiblement avec, par exemple, des actions gratuites en fonction de la durée de détention de ces titres", a ajouté le ministre.

Si les conditions de la privatisation sont toujours "en cours de définition", Bruno Le Maire l'a de nouveau justifiée, en estimant que "le rôle de l'Etat n'est pas de s'occuper des jeux de tirage et de grattage" mais d'en garantir le contrôle avec la mise en place d'une autorité de régulation des jeux dont "le président sera nommé dans les prochaines semaines".

Vaste programme de privatisations en vue

Avec sa loi Pacte, le gouvernement a ouvert la voie à un vaste programme de cessions d'actifs pour alimenter un fonds de 10 milliards d'euros consacré à l'innovation: si le projet de privatisation du gestionnaire des aéroports de Paris, le Groupe ADP, se heurte à référendum d'initiative partagée (RIP), le processus suit normalement son cours pour la FDJ.

L'Etat détient actuellement 72% du capital de la FDJ. Il en gardera 20% à l'issue du processus de privatisation "pour s'assurer du contrôle sur l'addiction en complément de la future autorité", a expliqué le ministre.

Actuellement, aux côtés de l'Etat, quelque 14% du capital est détenu par des associations d'anciens combattants, "qui garderont une place au conseil d'administration", a souligné Bruno Le Maire.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/09/2019 à 18:34 :
"La Française des Jeux pourrait être privatisée en novembre"

J'ai les boules.
Réponse de le 02/09/2019 à 23:26 :
vous pendrez bien un petit jeu de grattage en supplément, alors ?
a écrit le 02/09/2019 à 13:43 :
Pourquoi privatiser quelque chose de rentable !? Je ne vois qu'une seule réponse : Faire de petits arrangements (gros en fait) avec ses amis pour ensuite avoir des retours d’ascenseur !
Réponse de le 02/09/2019 à 16:37 :
Il manque plus de 5 milliards € au gouvernement pour boucler le budget 2019 et tenter de survivre à la rentrée scolaire et sociale qui risque d'être couteuse en promesses.

D'où la vente en urgence d'une partie significative de la FDJ.
a écrit le 02/09/2019 à 11:37 :
d après Lemaire, à l époque, l idée était de vendre les bijoux de famille....de placer le fruit de la vente dans une fonds, dont les intérêts seraient exclusivement utilisés a fin de financement de l innovation

la FDG fait grosso modo 14 milliard de CA annuel.... dont 20% reste dans les mains de la collectivité, donc de l état.... soit 2.8 milliards d euros.....

si la fdj était vendue 14 milliards..... placés à 2%....ça rapporterait 300 millions..... il faut m expliquer l intérêt de la manip, hors dogme néolibéral
Réponse de le 02/09/2019 à 14:01 :
@curieux37

Un petit tours sur google vous aurait permis de trouver le elements suivant :
2017:
Chiffre d'affaire: 15mds
resultat net: 180m

L'etat ne vas bien envidement pas ceder 100% des parts et le ratio sera bien evidement superieur au CA de la boite.

L'inculture economique nourris le populisme de nos jours.
a écrit le 02/09/2019 à 10:26 :
On se débarrasse des bijoux de famille pour payer notre extravagant système social.
Un pays ou les impôts sont les plus élevés du monde occidentale et qui n'arrive même pas à équilibrer le budget, vraiment pitoyable.
a écrit le 02/09/2019 à 10:19 :
C'est tout simplement scandaleux. Depuis pas mal de temps déjà, la notion de jeux d'argent, interdite aux simples péquins que nous sommes, est largement sortie de la tutelle de l'Etat pour alimenter les caisses de "faiseurs de fric"…Là, cette source financière fructueuse va être bradée à quelques "bons amis" de la Finance et cela va dans le sens, sous prétexte de Libéralisme", d'un affaiblissement constant de l'Etat. C'est à se demander s'il y a encore beaucoup de "vrais" Français (au plan social, citoyen,) dans notre cher Pays...
Réponse de le 02/09/2019 à 11:35 :
En tant que bon français, je suis ravi de pouvoir investir dans une société française bien gérée qui versera des revenus réguliers, pour préparer ma retraite.
a écrit le 02/09/2019 à 9:49 :
"pour alimenter un fonds de 10 milliards d'euros consacré à l'innovation"


Ca sent la distribution aux petits copains LREM.
Réponse de le 02/09/2019 à 10:18 :
A vous lire, on comprend que la chose doit être compliquée pour vous dans la vie.
a écrit le 02/09/2019 à 9:37 :
99 % des joueurs jouent en pure perte,

sachant que ca va à l'Etat donc à eux-mêmes ils continuent

le futur de privatisation annoncée change la philosophie du jeux, les joueurs préféreront jouer pour préserver leurs intérêts en donnant leur argent pour des causes nobles,

vaux peut être mieux jouer dans la caisse des syndicats qui défendent les sslaires et la retraite
Réponse de le 02/09/2019 à 10:19 :
Vous l'avez déjà dit un peu plus bas avec un autre pseudo.
Réponse de le 03/09/2019 à 8:05 :
Les syndicats sont déjà largement subventionnés pour le peu de résultats obtenus. Il en est de même pour l'objectivité des médias.
a écrit le 02/09/2019 à 9:18 :
Scandaleux.
a écrit le 01/09/2019 à 19:55 :
Entre 1993 et 1995, Balladur a privatisé une vingtaine de grandes entreprises et banques dans l'indifférence quasi générale, aujourd'hui la moindre ouverture du capital d'une entreprise détenue par l'état, voire même son changement de statuts (SNCF) déclenche des phénomènes proches de l'hystérie collective. La gauche politique n'a jamais été aussi faible dans les urnes et pourtant son idéologie n'a jamais été aussi prégnante auprès des français.
Réponse de le 01/09/2019 à 20:16 :
Vous avez mauvaise mémoire, les privatisations n'ont jamais été populaires.

Ensuite, si le sujet est devenu sensible, c'est probablement parce que les privatisations n'ont pas apporté les bienfaits attendus et que les français ont mal vécu celles des autoroutes...
Et pas seulement les gauchistes.
Réponse de le 01/09/2019 à 22:14 :
L'intoxication de la privatisation des autoroutes, il a été décidé qu'elles ont été bradées sans aucune forme de preuves alors il faut penser et qu'elles ont été bradées. Les tarifs des autoroutes, qui peut affirmer qu'ils seraient aujourd'hui inferieurs sans la privatisation? Comme si les entreprises publiques nous avaient habitué à pratiquer les meilleurs prix pour le consommateur: Le prix du timbre, les tarifs SNCF, EDF, France Télécom avant la privatisation et l'ouverture à la concurrence....De plus le réseau autoroutier est très bien entretenu et compte parmi les meilleurs d'Europe, ce qui n'est pas gratuit.
Réponse de le 01/09/2019 à 23:27 :
Je vous invite seulement à relire les rapports de la cour des comptes.
Réponse de le 02/09/2019 à 10:10 :
Je vous renvoie aux rapports de la cours des comptes.
Réponse de le 02/09/2019 à 14:35 :
La privatisation des autoroutes a surtout permis à certains de s'enrichir :

Décembre 2011, juste avant la présidentielle :

L'économiste français Alain Minc, un des proches conseillers du président Nicolas Sarkozy, a été nommé président des autoroutes Sanef, a annoncé, mercredi, le groupe espagnol d'infrastructures et de services Abertis, maison mère de Sanef."Le conseil d'administration de Sanef, filiale française d'Abertis, a donné son feu vert à la nomination d'Alain Minc comme nouveau président de la société, en remplacement de Pierre Chassigneux, qui prendra sa retraite après avoir occupé ce poste depuis 2003", a précisé le groupe dans un communiqué.
Alain Minc est déjà présent au conseil d'administration de deux entreprises espagnoles, la banque catalane CaixaBank et le groupe de médias Prisa, qui édite notamment le quotidien El País. Sanef (Société des autoroutes du nord et de l'est de la France) appartient à Abertis depuis sa privatisation en 2006.
Réponse de le 02/09/2019 à 18:15 :
Vous avez raison. Beaucoup de gens votent à droite, mais sont toujours entrain de mendier des allocations ce qui relève plutôt d'une culture de gauche. Quant à ceux qui votent extrême droite, ils viennent principalement de la gauche communiste. Bref, voilà un pays curieux où les gens de gauche votent à droite.
a écrit le 01/09/2019 à 16:31 :
L'Etat râcle les fonds de tiroir, vend tout ce qui peut et continue de nous faire les poches pour maintenir l'épave FranceEnMarche à flot, au moins jusqu'aux prochaines présidentielles.

Devenant privé, les contribuables ne devront jamais être sollicités pour sauver le groupe FDJ en cas de faillite. Quelles ques soient les conséquences sur l'emploi (argument classique pour nous faire payer les erreurs du privé) !

Gardons Notre Argent le plus loin possible des circuits de consommation (et de la FDJ) et des banques.
a écrit le 01/09/2019 à 14:22 :
Pour mon avis personnel et pour moi-même, je me conseille d'aller rapidement voir mon conseiller financier pour participer à cette privatisation qui est une mine d'Or permanente!
a écrit le 01/09/2019 à 14:22 :
Pour mon avis personnel et pour moi-même, je me conseille d'aller rapidement voir mon conseiller financier pour participer à cette privatisation qui est une mine d'Or permanente!
Réponse de le 01/09/2019 à 18:44 :
Regardez le cours d'opap en grece depuis octobre 2013, bon c'est pas negatif mais bon, pas terrible non plus.
a écrit le 01/09/2019 à 14:02 :
Utiliser cinq pseudos pour dire la même chose, la ficelle est un peu grosse, Monsieur le néo collectiviste nationaliste du terroir qui sent bon la mimolette. .
a écrit le 01/09/2019 à 13:27 :
Si la macronie joue à ce petit jeux des privatisations,

on cessera de jouer aux jeux des bandits du jeux

et on jouera à remplir une gagnote pour les Gilets Jaunes qui auront ainsi les moyens d'AGIR pour chasser les Députés Sénateurs macronistes et leurs serviles fonctionnaires zélés qui agissent contre les citoyens.

il faut bien penser à agir contre les hauts fonctionnaires zélés qui sont derrière les macronistes et qu'il convient sanctionner lourdement en les chassant aussi des arcanes politicardes nauséabondes
a écrit le 01/09/2019 à 13:13 :
non merci je ne vais pas en acheter
a écrit le 01/09/2019 à 12:05 :
Encore des revenus en moins ! Encore pour faire des cadeaux aux copains... -_-

La Récession En Marche
a écrit le 01/09/2019 à 11:58 :
Vendre les bijoux de famille pour terminer le mois. Faire rentrer des sous pour masquer la deroute La france est en train de bouffer la baraque et les moutons, mais on reste un pays riche, la preuve on peut se permettre des fabius, juppé, toubon, jouanno, saal, penelope.....et leurs dizaines de milliers de congeneres qui nous ont menés et nous menent encore a la catastrophe.

Lançons nous massivement dans la sieste qui est une agreable periode de deconsommation, y a plus que ça a faire. Reduisons nos activités economiques au minimum vital
a écrit le 01/09/2019 à 11:55 :
Tant que l'argent restait dans la famille ça ne me gênait pas trop de miser de temps à autres. C'était un peu comme jouer dans la kermesse paroissiale.

Mais sachant que le bénéfice partira probablement a une espèce de proxénète bien vu de l'Elysée, je vais m'abstenir à l'avenir.
a écrit le 01/09/2019 à 11:24 :
Encore une privatisation d une société en situation de monopole par la loi
Et encore une erreur économique dictée par le dogmatisme libéral
Réponse de le 02/09/2019 à 8:36 :
Ce n'est pas une erreur c'est un pillage organisé en faveur des amis qui ont mis en place Macron, cette marionnette utile pour l'oligarchie
a écrit le 01/09/2019 à 11:18 :
SI la Française des jeux est privatisée, un collectif sera créé pour boycotter les jeux de la Voyoucratie des jeux.

Point.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :