Taxis-VTC : la mobilisation se poursuit

Par Mounia Van de Casteele  |   |  519  mots
Pendant ce temps-là, le député socialiste Laurent Grandguillaume s'évertue à rencontrer tous les acteurs du secteurs, afin d'avoir une photographie nette et précise de la situation. Dans le but de proposer cette semaine des solutions concrètes afin de calmer l'incendie, au moins dans un premier temps. (Crédits : JACKY NAEGELEN)
Cinquième jour de mobilisation pour des sociétés de véhicules avec chauffeurs (Loti et VTC) contre des mesures accordées aux taxis par le gouvernement (un renforcement des contrôles du respect de la loi Thévenoud) demandant aux plateformes de réservation comme Uber, de suspendre leurs services mardi.

Le mouvement ne faiblit pas. Après Chauffeur-Privé, au tour d'Uber de couper son application mardi 9 février, entre 11 h et 15 h. La plateforme, qui précise que le système de majoration sera désactivé, souhaite ainsi sensibiliser ses partenaires chauffeurs alors que le mouvement entamé la semaine dernière se poursuit. Une partie de l'équipe viendra même aux côtés des manifestants, place de la Nation, à Paris.

     |Lire aussi : Pourquoi les plateformes contre-attaquent

C'est donc la cinquième journée de mobilisation de certaines sociétés de véhicules avec chauffeurs (Loti et VTC) contre des mesures accordées aux taxis par le gouvernement. La plupart des manifestants - un peu plus d'une centaine lundi à Paris en fin de journée - sont des chauffeurs de transport à la demande qui exercent avec une licence de transport collectif Loti (et non une licence de VTC) auxquels les taxis reprochent d'effectuer des courses individuelles au mépris de la loi.

Ce, alors que le député socialiste Laurent Grandguillaume s'évertue à rencontrer tous les acteurs du secteurs, afin d'avoir une photographie nette et précise de la situation, chiffres à la clef. Dans le but de proposer cette semaine des solutions concrètes, afin de calmer l'incendie, dans un premier temps.

     |Lire aussi : Quelles pistes pour résoudre le conflit ?

Les propositions des VTC

L'association Capa-VTC qui regroupe des chauffeurs capacitaires et VTC  a notamment proposé au député d'instaurer:

  • L'obtention de la carte VTC par équivalence, sans formation ni coût supplémentaire, pour tout titulaire de l'Attestation Capacité de Transport

  • L'obtention de la carte VTC par équivalence d'un minimum de 12 mois d'ancienneté pour un salarié de Loti, pouvant justifier cette expérience (fiches de paye).

  • Un accès à la profession de VTC par une formation de 250h minimum (au mieux des 7 heures suggérées par le récent arrêté publié au journal officiel) en plus d'un examen

     |Lire aussi : Désormais, les conditions d'accès à la profession sont...

  • Accès au conventionnement CPAM pour tous les LOTI

  • Une réduction des charges patronales et salariales pour l'embauche de salariés chauffeurs.

  • L'interdiction formelle de la maraude électronique pour tous

  • Une régulation des tarifs

  • L'autorisation aux Loti et Vtc d'utiliser les voies de Bus en Île-de-France (A6 inclus)

  • Un accès bien défini à tous les lieux de prise en charge et dépose

  • Non à une quelconque restriction géographique pour les Vtc et Capacitaires (notre métier étant basé uniquement sur la prise de réservation, nous ne pouvons nous permettre de refuser des contrats sur tout le territoire)

  • Non à une plaque inamovible sur les véhicules (coût supplémentaire car interdiction de stationner sur la voie publique, locations de véhicules notamment sur de l'événementiel)

Elle demande en outre

  • L'interdiction aux plateformes d'être mandataires en facturation (actuellement elles facturent la prestation à 100% au nom du chauffeur).
  • Ainsi que la fermeture des plateformes telles que Heetch

     |Lire aussi : Qui veut la peau de Heetch ?

Pour l'heure, le député socialiste devait de nouveau recevoir les taxis ce mardi.