Le marché pharmaceutique chinois accélère sa croissance

 |   |  328  mots
Copyright Reuters
Citigroup estime qu'il va doubler à 100 milliards de dollars d'ici à 2015. L'industrie locale reste fragmentée.

Le marché pharmaceutique chinois est en passe d'accélérer sa phénoménale croissance. En octobre, le consultant IMS Health a prévenu que le chiffre d'affaires mondial de l'industrie pharmaceutique devrait progresser de 5 % à 7 % en 2011, tandis que le marché chinois bondirait de 25 % à 27 % pour atteindre plus de 50 milliards de dollars. Citigroup vient de publier ses propres perspectives : selon ses analystes, le marché chinois doublera d'ici à 2015, puis bondira à 200 milliards de dollars à l'horizon 2020. L'empire du Milieu sera alors le deuxième marché mondial, place jusque-là occupée par le Japon.

Outre la hausse du niveau de vie et l'urbanisation, le secteur bénéficie de la réforme du système de santé lancée en 2009. Ayant vocation à apporter des services de santé « sûrs, efficaces et bon marché », la réforme d'un coût de 92 milliards d'euros sur trois ans est censée apporter une couverture de base à l'ensemble de la population en 2020. Citigroup estime que d'ici à 2012, le nombre de pharmacies passera de 36.000 à 170.000 à travers la Chine... dont les besoins sont immenses et les capacités limitées. En 2009, les dépenses de santé du pays se sont inscrites à 4,7 % de son produit intérieur brut, un des niveaux les plus faibles au monde.

Les laboratoires à l'affût

Même si elles disposent de champions nationaux (Sinopharm, Harbin, Jilin Aodong...), l'industrie pharmaceutique chinoise reste fragmentée, avec plus de 7.000 sociétés recensées. China Research and Intelligence note que le secteur compte des atouts dont une taille permettant « de larges économies d'échelle ». Mais le consultant remarque que plus de 95 % des principes actifs produits par des sociétés domestiques sont des génériques et qu'elles « réalisent surtout des médicaments en imitant leurs rivaux étrangers ». Selon Citigroup, les laboratoires Pfizer, Merck et Eli Lilly sont bien positionnés pour profiter de l'essor du marché chinois. Le suisse Novartis revendique sa part, qui a conclu mardi l'achat de Zhejiang Tianyuan, l'un des plus importants producteurs de vaccins du pays.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :