Arcure part à la conquête du marché du bâtiment dans le Golfe persique

 |   |  407  mots
Copyright Reuters
La société développe un système de protection des piétons sur les chantiers et compte profiter du boom du BTP à Abu Dhabi, malgré les tensions régionales.

Les secousses politiques et conjoncturelles qui agitent le monde arabe ne sauraient décourager Patrick Mansuy. Le PDG d'Arcure a la ferme intention de s'imposer dans le Golfe persique, en particulier aux Émirats arabes unis (EAU) « où 1.600 gros projets de construction ont été lancés en 2010 ». Fondée en 2009, Arcure est une PME qui développe Blaxtair, un dispositif de vision embarqué sur les engins industriels visant à prévenir la collision avec les piétons. Il est donc destiné au premier chef au secteur du bâtiment.

« La situation est contrastée dans le Golfe, il est clair que depuis la bulle, l'activité a ralenti à Dubaï, constate le responsable, mais à Abu Dhabi, la construction et l'équipement des infrastructures et des immeubles de prestige demeurent dynamiques. » « Le Qatar prépare quant à lui la Coupe du monde de football de 2022, les investissements vont donc y être énormes », se félicite le PDG.

Le système Blaxtair, qui permet de distinguer un piéton d'un autre objet en temps réel, est basé sur une technologie du Commissariat à l'énergie atomique (CEA) « dont Arcure est un essaimage », précise Patrick Mansuy. « Nous disposons d'un accord exclusif de licence et de R&D », explique ce patron de start-up. « En 2010, notre chiffre d'affaires a été quasi nul car nous avons commencé à commercialiser Blaxtair en fin d'année. Mais en 2011, nous tablons sur des revenus de l'ordre de 300.000 euros, dont 50 % réalisés à l'international », prévient-il et « à terme, les pays du Golfe pourraient devenir aussi importants que l'Europe ». La société est notamment présente en Belgique, en Allemagne et au Royaume Uni.

Nouer des partenariats

Afin de promouvoir le Blaxtair, Arcure a participé à la fin mars au Salon Intermat Middle East d'Abu Dhabi, dédié au matériel de chantier. « Nous disposons d'un représentant à Abu Dhabi et entendons nouer des partenariats pour assurer la distribution et l'installation du système dans la région », indique Patrick Mansuy. Car sur place, « les promoteurs et les autorités se soucient désormais de leur image », et donc de la sécurité des chantiers. « Tout l'écosystème est concerné », assure le responsable.

Même s'il est confiant, Patrick Mansuy admet que le climat politique de la région « constitue un sujet de préoccupation évident ». « Mais cette période pourrait être passagère. Les pays du Golfe continueront à développer leurs infrastructures quoi qu'il advienne », affirme le patron de la PME.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :