Quand la Chine s'éveillera... aux OGM

 |   |  171  mots
Copyright Reuters

« Les OGM seront autorisés en Chine d'ici trois à cinq ans au plus tard », assure le patron de Limagrain Asie, Augustin Thieffry. Pourquoi ce laps de ? « Le gouvernement chinois pousse les quelque 8.500 semenciers locaux à se regrouper pour faire émerger des champions nationaux. Il finance ensuite leur R&D et ne s'ouvrira aux OGM que quand ces derniers seront en mesure de rivaliser avec les Occidentaux », détaille le dirigeant... Vilmorin, qui réalise un peu plus de 10 % de ses ventes mondiales avec des OGM, y voit une opportunité pour la Chine mais aussi pour l'Inde. Le sous-continent attend son grand voisin pour commercialiser du maïs et du blé OGM, largement destinés à l'export. L'Inde a en revanche développé le coton OGM (86 % du marché en volume en 2010). Avec un effet pervers pour Vilmorin : l'envol des valeurs des sociétés candidates au rachat. « Heureusement, l'Inde compte trois semenciers cotés, valorisés 2 à 3 fois le chiffre d'affaires. Ce sont des multiples que nous utilisons », tempère Augustin Thieffry. A. T.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :