Pékin renforce son contrôle sur le contenu de sociétés Internet en pleine expansion

 |   |  453  mots
Copyright Reuters
Le gouvernement central a annoncé la création d'un « Bureau d'État de l'information sur Internet ». Il supervisera des géants dont certains sont cotés aux Etats-Unis.

Le gouvernement chinois a tiré les leçons de la « révolution de Jasmin » et est déterminé à empêcher qu'un vent de liberté souffle sur le réseau Internet chinois. Après avoir bloqué des moteurs et services étrangers comme Google, Pékin a décidé de museler les sociétés Internet chinoises qui comptent 457 millions d'utilisateurs, le plus grand marché au monde. Le Bureau général du Conseil des Affaires d'Etat vient d'annoncer la création d'un Bureau d'Etat de l'information sur Internet chargé de « diriger, coordonner et superviser la gestion des contenus en ligne, ainsi que de traiter les autorisations administratives des sociétés liées à la diffusion des informations en ligne », a rapporté l'agence d'Etat Xinhua.

Mais cette nouvelle structure n'a pas seulement « pour mission d'enquêter et de sanctionner les sites » d'information ou de communication « violant les lois et les règlements ». Elle a vocation à « gérer le développement des jeux et des vidéos en ligne et les industries de publication » sur la toile.

Sont donc concernés des géants de l'Internet dont la gouvernance est désormais scrutée par les investisseurs internationaux comme le moteur de recherche Baidu, coté sur le Nasdaq, ou le réseau social Renren qui a fait une entrée fracassante sur la Bourse de New York (Nyse) mercredi . L'action a bondi de 28,64 %, à 18,01 dollars pour la première séance de cotation. Propriétaire de QQ, le leader chinois de la messagerie instantanée, Tencent, le plus important groupe Internet du pays en termes de valorisation, sera encore plus surveillé qu'auparavant.

Pas de fiction policière

En février, Pékin avait bloqué l'accès des internautes chinois aux informations relatives au renversement d'Hosni Moubarak. Avec la création de ce nouveau « bureau », Pékin va tenter de renforcer son contrôle sur des entreprises comme Tencent et Sina sans pour autant porter atteinte à leur développement économique. « Le bureau va également promouvoir la construction de nouveaux sites Internet majeurs et gérer la publicité en ligne du gouvernement », a prévenu Xinhua. En outre, il « supervisera les fournisseurs de services de télécommunication dans leurs efforts pour améliorer la gestion de l'enregistrement des noms de domaine, la distribution des adresses IP, l'enregistrement des sites et l'accès à Internet ». A l'approche du 90e anniversaire de la fondation du parti communiste chinois, le 1er juillet prochain, les autorités ont aussi mis un autre média « majeur » au pas : la télévision. Les chaînes régionales ont été sommées de ne pas diffuser de fictions policières, sentimentales ou d'espionnage durant trois mois et de les remplacer par des sujets « patriotiques ». E. C.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :