« La réactivité de la Chine est remarquable »

 |   |  488  mots
Karim Wade, ministre d'État, ministre de la Coopération internationale, de l'Aménagement du territoire, des Transports et des Infrastructures du SénégalComment expliquez-vous l'intérêt croissant de la Chine pour le continent africain ?Les Chinois ont besoin de sécuriser leurs approvisionnements en matières premières. C'est un fait. Mais pas seulement. Les Africains consomment de plus en plus et ont besoin de moderniser leurs économies. L'Afrique est aujourd'hui une terre d'opportunités. C'est ce qu'a bien compris la Chine, qui dispose d'une diplomatie économique et commerciale très efficace.Que fait la Chine au Sénégal ?La coopération entre les deux pays s'organise dans deux directions. Une première partie repose sur des dons et des subventions. Dans ce cadre, des entreprises chinoises sont en train de construire onze stades nationaux et un grand théâtre national, par exemple. Pour ce qui est de l'aspect non concessionnel, les entreprises chinoises se montrent extrêmement offensives, qu'il s'agisse des nouvelles technologies de l'information et de la communication, de l'agriculture ou de la construction de logements sociaux. La réactivité des entreprises chinoises est remarquable.Que voulez-vous dire ?Le Sénégal a été touché par de terribles inondations cet été, si bien que certains quartiers de Dakar sont devenus inhabitables. Nous avons lancé un programme de construction de 50.000 logements sociaux. Les entreprises chinoises sollicitées à la mi-décembre sont déjà à pied d'?uvre pour effectuer des études de faisabilité et un plan de financement devrait être bouclé dans les prochaines semaines. Les premiers logements pourraient être livrés à la fin de l'année. Les procédures d'aide de l'Union européenne ou de la France sont en comparaison extrêmement lentes. Un projet de route financé par la Banque mondiale prend en moyenne cinq ans. Avec les Chinois, cela ne prend que quelques mois.Comment réagit la diplomatie française ?Le Sénégal entretient d'excellentes relations avec la France et l'Europe, mais aussi les États-Unis et les pays du Golfe persique. La France demeure le premier bailleur du Sénégal. Le Sénégal reste très attaché à ses bailleurs traditionnels. Mais dans un contexte de raréfaction de l'aide, il nous fallait diversifier nos relations. Sans la construction d'infrastructures, nos pays ne peuvent pas exploiter toutes les potentialités régionales. Or, les entreprises chinoises sont extrêmement compétitives.Le FMI se montre parfois assez critique à l'égard du manque de transparence des procédures d'aide de la Chine?Ce qui nous intéresse, c'est le produit fini. Les entreprises chinoises réalisent des projets et sont réglées directement par les autorités chinoises. Rien ne transite par le Sénégal. C'est l'une des clés de l'efficacité de la coopération chinoise.Propos recueillis par X. H.les procédures d'aide de l'UE ou de la France sont extrêmement lentes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :